in

Du sang artificiel bientôt fabriqué en usine pour sauver des vies

Crédits : sabinurce / Pixabay

La Wellcome Trust, deuxième plus grande fondation internationale de charité pour la médecine et la recherche, soutient activement un projet dont le but est de trouver un moyen de produire du sang artificiel à grande échelle, et ce projet semble proche d’aboutir.

Ceci n’est pas un cauchemar, mais tout simplement le futur. Relayé par le Telegraph, le procédé provient du professeur Marc Turner et devrait être testé sur des patients en Grande-Bretagne entre fin 2016 et début 2017. Ces patients sont atteints d’anémie, une maladie qui nécessite d’être transfusé régulièrement. Le chercheur et son équipe ont mis au point une technique de culture de globules rouges à partir de cellules souches dites pluripotentes. Dans un premier temps, il faut prélever des cellules sur un être humain, puis les transformer en cellules souches. Ensuite, il ne reste plus qu’à créer des conditions biochimiques très spéciales semblables à celles que l’on trouve dans le corps humain pour cultiver des cellules du sang de groupe O.

Le professeur écossais Marc Turner a expliqué au Telegraph que : « Bien que des recherches similaires ont été entreprises ailleurs, c’est la première fois que quelqu’un produit du sang dont la qualité et la sécurité sont suffisantes pour transfuser un être humain ». Dans un avenir proche, ce procédé pourrait bien permettre une production sans limites de sang de groupe O, si vous ne le saviez pas, le groupe O est compatible avec tous les patients et est le groupe sanguin le plus répandu au monde. On peut quand même se demander s’il n’y a pas un danger à utiliser du sang artificiel, à cette question Marc Turner répond que « les cellules ne poseront pas de problème, même si, par sécurité, un procédé a été mis au point pour les retirer des patients en cas de besoin ».

L’enjeu est capital, chaque année en France, près de 3 millions de personnes donnent leur sang. Mais tandis le nombre de donneurs a tendance à se stabiliser, la demande est en constante augmentation. À l’heure actuelle pour produire une unité de sang grâce au procédé du professeur Marc Turner, il faut compter environ 120 livres soit environ 145 euros. Le coût pourra toutefois être réduit si le laboratoire parvient à en faire une production à échelle industrielle.

Sources : Huffington Post, Telegraph