in

Du poulet obtenu sans abattage autorisé par la FDA

viande cultivée en laboratoire upside food
Un plat de poulet contenant de la viande cultivée en laboratoir. Crédit : Gabriela Hasbun

La Food and Drug Administration (FDA) vient d’autoriser une viande cultivée en laboratoire (du poulet obtenu « sans abattage ») d’une entreprise californienne. Elle est considérée comme « sûre » pour la consommation humaine. Le chemin est encore long, mais il s’agit d’un énorme pas en avant pour cette industrie en plein essor.

Après Singapour, les États-Unis ?

L’industrie de la viande cultivée en laboratoire a suscité de plus en plus d’attention et d’investissements au cours de ces dernières années dans un contexte de préoccupations grandissantes concernant le réchauffement climatique et le bien-être animal. Le fait de pouvoir obtenir de la chair animale à partir de cellules musculaires serait une alternative beaucoup plus durable et « éthique » au secteur de l’élevage traditionnel.

Il existe encore une réticence de la part de nombreuses personnes à l’idée de consommer de la viande dite « cultivée ». Cependant, des progrès considérables ont été faits au cours de ces dernières années dans le but de rendre les produits plus savoureux et moins chers. Selon un récent rapport, plus d’un tiers de la viande consommée en 2040 pourrait d’ailleurs être produite en laboratoire.

Rappelons que pour obtenir cette chair animale, les scientifiques récoltent généralement des cellules souches d’un autre animal vivant (l’abattage est exclu). Ils cultivent ensuite leurs échantillons avec des acides aminés et des glucides, les façonnant pour obtenir tel ou tel type de viande (steak, filet, saucisse, etc).

Singapour est depuis deux ans le seul pays qui réglemente officiellement la viande cultivée en laboratoire (du poulet proposé par l’entreprise Good Meat). Cependant, les États-Unis pourraient bientôt suivre. Il y a quelques jours, la Food and Drug Administration (FDA) a en effet déclaré avoir terminé son évaluation de la viande de poulet proposée par la société Upside Foods. L’agence considère désormais qu’elle ne représente aucun danger pour la consommation.

Pour la toute première fois, la FDA a donc donné son feu vert à un produit carné cultivé.

viande cultivée en laboratoire upside food poulet
Un burger de poulet cultivé en laboratoire. Crédit : Upside Food

Un dernier obstacle

Le chemin n’est pas encore terminé. L’entreprise doit en effet encore obtenir une autorisation supplémentaire du ministère américain de l’Agriculture. Ce dernier se chargera d’élaborer un processus d’inspection pour les usines de production de l’entreprise. « Les produits de viande et de volaille issus de cultures cellulaires seront soumis aux mêmes réglementations en matière de sécurité alimentaire, d’hygiène et d’inspection que les autres produits de viande et de volaille afin de garantir que seuls des produits sûrs et sains entrent sur le marché américain« , a déclaré le ministère dans un communiqué. Cette prochaine étape devrait prendre encore plusieurs mois, mais les experts de l’industrie soulignent que l’autorisation de la Food and Drug Administration restait le plus grand obstacle.

Le Dr Uma Valeti, fondateur et directeur général d’Upside Foods, aurait eu l’idée de créer de la viande de culture cellulaire après avoir utilisé des cellules souches pour réparer le cœur des patients. Après avoir abandonné sa carrière, il aurait ensuite déménagé en Californie pour fonder sa société en 2015 qui était alors connue sous le nom de Memphis Meats.

En cas de prochaine autorisation officielle, Upside Foods prévoit de proposer son poulet aux restaurants dans un premier temps avant d’étendre son offre aux épiceries.