in ,

Les drones miniatures pourront-ils un jour polliniser la Terre ?

Une équipe de chercheurs japonais annonce la conception d’un mini-drone équipé d’un gel spécial qui lui permet de polliniser des fleurs. De quoi pallier dans une certaine mesure au déclin progressif des abeilles dans le monde entier.

L’information nous rappelle un épisode de Black Mirror où les abeilles devenues drones échappent complètement au contrôle de leur créateur. Il faut dire que le phénomène inquiète et pourrait avoir de très importantes répercussions sur l’écosystème. Qu’elles soient sauvages ou domestiques, les abeilles meurent en effet massivement depuis plusieurs années malgré leur rôle crucial de pollinisateur indispensable pour le « bon fonctionnement » de notre planète et de sa biodiversité. Face à cette situation, certains cherchent des solutions à l’instar de cette équipe de chercheurs du National Institute of Advanced Industrial Science (AIST), de Tsukuba (Japon) qui présente son drone pollinisateur

Ce « pollinisateur artificiel » n’est autre qu’un quadricoptère télécommandé miniature acheté dans le commerce pour une centaine de dollars. Sous le ventre de l’appareil, les scientifiques ont collé une bande recouverte de crin de cheval afin de reproduire les poils minuscules qui recouvrent les pattes des abeilles et leur servent à collecter le pollen. Cette surface a été enduite d’un gel ionique offrant une propriété adhésive comparable à celle d’une colle repositionnable. Les chercheurs ont ensuite fait voler le drone de manière à ce qu’il vienne effleurer la partie mâle puis la partie femelle de fleurs de lys japonais rose et blanc afin de collecter et redéposer le pollen. Comme ci-dessous :

Alors, les drones miniatures pourront-ils un jour polliniser la Terre ? Non, car il s’agirait non pas de remplacer les insectes, mais plutôt de les épauler. En l’état, le drone reste beaucoup moins efficace qu’une pollinisation à la main déjà pratiquée pour certaines cultures dans des zones où les abeilles ont disparu, notamment en Chine. De plus, pour se poser en alternative aux abeilles, l’appareil devrait a minima être autonome. Or, cela implique d’ajouter des caméras, un GPS et une intelligence artificielle. Mais si ce genre de technologie devient un jour possible, les drones pollinisateurs pourraient aider à porter le lourd fardeau des populations d’abeilles en déclin.

Source