in ,

Des drones comestibles pour révolutionner les ravitaillements au sol !

Crédits : Capture vidéo d'une vidéo Viméo de Windhorse Aerospace

Qui a dit que fabriquer un drone de métal et de plastique était chose aisée ? Alors que les ingénieurs tentent constamment d’améliorer les appareils déjà existants, certains sont allés encore plus loin en ce qui concerne les matériaux. En effet, nous voici désormais dans l’ère du drone comestible !

Oui, vous avez bien lu, il s’agit de drones comestibles, néanmoins partiellement. Le projet de drone Pouncer tente de répondre à une problématique concernant les ravitaillements au sol en zone d’urgence. En effet, lorsque des avions militaires larguent des rations de nourriture, les pertes sont importantes en raison de l’imprécision du largage, tandis que les quantités ne couvrent pas toujours les besoins sur place. De plus, un ravitaillement au sol par voie aérienne est en soi une opération très coûteuse.

Le drone Pouncer est un projet du célèbre entrepreneur anglais Nigel Gifford, qui s’est fait connaitre en 2014 après la vente de son satellite solaire au réseau social Facebook pour la somme de 20 millions d’euros. L’intéressé a mis au point un prototype de Pouncer et selon son créateur, il n’y aurait aucun gâchis.

Sa cabine est remplie d’eau et de nourriture pour un apport fixé à 3500 calories, un nombre plus important que les rations individuelles obtenues par largage classique (2200). Cependant, le plus étonnant en ce qui concerne le Pouncer n’est pas sa capacité de stockage, mais la caractéristique principale de ses ailes : elles sont comestibles ! La composition des ailes du Pouncer n’a pas encore été dévoilée, mais nous savons que le reste de la structure du drone est faite de bois, qui sera également réutilisable par les populations (cuisson, chauffage).

Le drone se rend dans la zone souhaitée avec une précision de pilotage de 10 mètres seulement, pour une portée évaluée à 33,8 kilomètres. Selon Nigel Gifford, le Pouncer sera commercialisé dans deux ans maximum, après un long processus comportant neuf étapes, et il y a des raisons d’être optimiste puisque le projet est actuellement en train de boucler la quatrième.

Sources : MotherBoardBFM TVUberGizmo