in

Le drone solaire Zephyr s’est craché pour une raison encore inconnue

Crédits : Airbus

Jusqu’à il y a peu, l’armée des États-Unis testait le drone solaire stratosphérique Zephyr d’Airbus. Celui-ci avait même battu son propre record d’endurance. Seulement, voilà, le drone s’est écrasé pour une raison qui reste pour l’instant un mystère. Cet incident a donc donné lieu à l’ouverture d’une enquête.

Un ultime record avant le crash

Développée à l’origine par la société britannique QinetiQ, l’activité autour du drone Zephyr se poursuit avec Airbus depuis 2013. Ce drone solaire stratosphérique détient plusieurs records d’endurance validés par la Fédération Aéronautique Internationale (FAI). L’avant-dernier en date a été établi en 2018, avec un vol de 25 jours, 23 heures et 57 minutes à une altitude de 19 000 mètres. Comme l’explique le média Simple Flying dans un article du 20 août 2022, le Zephyr a établi un ultime record à la mi-juin de cette année avant de s’écraser. L’engin s’est craché alors que celui-ci était à quelques heures de battre le record du vol le plus long de l’histoire.

« Nos équipes analysent actuellement plus de 1 500 heures de données de missions stratosphériques. L’expérience précieuse du vol d’endurance ultra-longue de ce prototype s’est avérée être une étape positive vers les objectifs de plateforme à haute altitude de l’armée », a déclaré une représentante de Airbus.

zephyr airbus 2
Crédits : Airbus

Un incident encore inexpliqué

Cette fois, la mission du Zephyr consistait à survoler le sud des États-Unis et le golfe du Mexique avant de revenir se poser dans l’Arizona, à Yuma. Malheureusement, il n’a pu atteindre sa destination finale. Une porte-parole de l’armée des États-Unis a déclaré que ce 18 août 2022, le drone a rencontré des « événements » ayant mis fin à son vol de manière inattendue. De nouvelles informations sur cet incident seront communiquées dans un futur proche puisqu’une enquête a été ouverte. Autrement dit, l’armée et Airbus ne connaissent pas la véritable raison du crash. Les données de vol témoignent en effet d’une descente rapide de 1 385 mètres par minute.

Il y a de quoi être perplexe puisque le Zephyr utilisait des panneaux solaires afin de recharger ses batteries la journée et pouvoir ainsi également voler la nuit. À une attitude maximale frôlant les 24 000 mètres, le drone se trouvait au-dessus des nuages et bénéficiait donc d’un ensoleillement maximal. Selon les responsables du projet, ce drone pourrait un jour remplacer les satellites dans certaines situations. Par exemple, il pourrait relayer des télécommunications ou encore faire office de plateforme de surveillance. Le nouveau record du Zephyr est désormais de 64 jours et pourrait être dans un premier temps assez difficile à battre.