in ,

Ces drôles de serpents robots pourraient être envoyés pour explorer la Lune et Mars

Capture vidéo

L’exploration spatiale se met en marche et certaines têtes pensantes imaginent déjà les engins susceptibles d’explorer les lieux potentiels et tout dépend du terrain. Sur Titan, par exemple, la lune de Saturne (faible gravité et atmosphère dense), les drones aériens semblent tout disposés. En revanche sur des sols rocheux comme ceux d’astéroïdes, de la Lune ou de Mars, certains imaginent des robots capables de se mouvoir dans des espaces restreints et pourquoi pas capables de se déplacer sous la surface, inaccessible aux rovers avec lesquels ils fonctionneraient en tandem.

L’Agence spatiale européenne (ESA) finance depuis quelques années un projet de recherche baptisé Serpex, piloté par le centre de recherche scandinave Sintef, visant à penser et concevoir des « robots-serpents » pour explorer la planète rouge. S’inspirant de l’anatomie des reptiles, ces robots pourraient ainsi manœuvrer avec une plus grande aisance. En combinant un rover qui peut naviguer sur de grandes distances avec un robot-serpent capable de ramper sur le sol et se rendre dans des endroits inaccessibles, les futures missions permettraient de recueillir des données et échantillons essentiels à une future exploration humaine directement sur place.

Les scientifiques espèrent également trouver des biomarqueurs dans le sol martien qui pourraient indiquer la présence (passée ou présente) d’une vie biologique. À cet égard, un robot de serpent serait très utile puisque celui-ci pourrait accéder à des lieux souterrains inaccessibles pour le rover. Une sorte de « bras mouvant » relié par un câble à son véhicule, mais également capable de fonctionner de façon autonome. Le robot-serpent pourrait également jouer les dépanneurs si le rover venait à s’enliser. Sur la Lune, les « robots-serpents » pourraient également être particulièrement utiles pour aider l’ESA à établir son « avant-poste » lunaire. L’emplacement le plus probable pour cette base pourrait en effet se trouver sous terre, permettant un blindage naturel contre les météores, le rayonnement solaire et les rayons cosmiques. Et bien sûr, tout comme nous visitons un appartement avant de le louer ou de l’acheter, il est nécessaire de faire un état des lieux complet avant de s’engager. Ces robots pourraient permettre ces états des lieux.

L’un de ces robots, surnommé Wheeko, se compose de dix modules circulaires motorisés articulés entre eux. Chaque module est doté d’une rangée de roulettes qui lui permettent d’onduler latéralement à la manière des serpents, de se contracter et de se vriller.

Voir la démonstration ci-dessous :

Source