in

La Chine (aussi) affiche son drapeau sur la Lune

chine
Crédits : CNSA

L’alunisseur Chang’e 5, qui vient de collecter des échantillons dans le but de les rapporter sur Terre, a déployé une petite version du drapeau rouge à cinq étoiles de la Chine ce jeudi 3 décembre.

En 2012, la NASA nous avait partagé les images des sites d’alunissage d’Apollo prises par le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) sous un éclairage permettant de distinguer l’ombre des drapeaux américains plantés dans le sol par les astronautes. Mark Robinson, le responsable principal de la caméra de LRO, avait alors été surpris de constater que cinq des six drapeaux laissés sur place étaient toujours là (le dernier avait été soufflé par le gaz d’échappement du Lem lors de son départ).

En revanche, il y a fort à parier que les bannières étoilées ne sont plus. Exposés à quarante années d’environnement lunaire (fortes amplitudes thermiques de +130°C à -150°C et rayonnement ultraviolet), ces drapeaux sont en effet aujourd’hui probablement tout blancs.

Un nouveau drapeau pour la Chine

Les États-Unis ne sont plus les seuls à afficher leur drapeau sur la Lune. Dans le cadre de sa mission Chang’e 5, qui vise à rapporter les premiers nouveaux échantillons lunaires depuis le programme américain Apollo (1969 à 1972) et la mission soviétique Luna 16 (1970), la Chine en a également profité pour laisser aussi le sien.

Ce drapeau, qui ne pèse que douze grammes, n’est en revanche pas planté dans le sol, mais fixé directement sur l’alunisseur. D’après les médias d’État, celui-ci est en revanche suffisamment « solide » pour supporter les rudes conditions lunaires. L’équipe de Chang’e 5 aurait en effet passé plus d’un an à sélectionner et développer les matériaux nécessaires. Il devrait ainsi pouvoir conserver ses couleurs au cours de ces prochaines décennies.

Notez que ce n’est pas la première fois que la Chine affiche son drapeau sur la Lune. Les précédents duos d’atterrisseur-rover Chang’e 3 et Chang’e 4 en avaient aussi arboré. En revanche, ces drapeaux étaient peints. Ici, la mission Chang’e 5 innove en affichant un véritable drapeau en tissu.

Crédits : CNSA / CLEP

Retour « à la maison » dans quelques jours

Pour en revenir à la mission, tout se passe visiblement comme prévu. Les échantillons ont été collectés avec succès et l’étage de remontée qui se trouvait au-dessus de l’alunisseur Chang’e 5 a décollé ce jeudi 3 décembre à 16h10 (heure française). Six minutes plus tard, le vaisseau d’ascension a finalement atteint l’orbite lunaire où il devait rencontrer l’orbiteur Chang’e 5 pour lui transférer sa cargaison. Les deux vaisseaux se sont finalement réunis avec succès ce samedi 5 décembre vers 22 h 42 (heure française).

Le vaisseau de retour doit maintenant patienter quelques jours en orbite lunaire, le temps que s’ouvre une fenêtre étroite un temps de trajet le plus court possible. Ce voyage de retour doit normalement durer 112 heures. Le vaisseau doit ensuite livrer son précieux « butin » en Mongolie intérieure. Le rendez-vous est pris à la mi-décembre.