in

La « doyenne » des éoliennes se trouve au Danemark

Vindkraftværket Tvindkraft éolienne danemark
Crédits : The Necessary Teacher Training College

Le Danemark possède l’éolienne la plus ancienne encore en activité. Datant de la fin des années 1970 et ayant vu le jour grâce à un imposant chantier participatif, l’édifice fonctionne toujours et représente aujourd’hui une véritable attraction touristique. Cette éolienne est également le symbole de la transition énergétique de ce pays nordique où la moitié de l’électricité est fournie par le vent.

Une éolienne de bientôt un demi-siècle

En 2020, l’énergie éolienne fournissait au Danemark pas moins de 47,5 % de son approvisionnement domestique en électricité. Il s’agit d’un véritable record au sein de l’Union européenne. De plus, ce pays ne s’arrête pas là et a annoncé il y a quelques mois vouloir construire la première île éolienne artificielle au monde. D’une superficie de 6 km², cette dernière devrait accueillir d’ici à 2050 de nombreux panneaux solaires et près de 7 000 éoliennes. Rappelons que le Danemark est l’un des pays pionniers en termes de transition énergétique, et donc des innovations en matière d’énergie éolienne.

Comme un symbole, nous y retrouvons notamment Tvindkraft, la doyenne des éoliennes encore en activité. Érigée en 1978, celle-ci avait fêté ses quarante ans en 2015 comme le soulignait une publication dans la revue Energy Matters. L’éolienne se trouve à Ulfborg, dans l’ouest du pays, et fonctionne toujours aujourd’hui. Avec le temps, elle est même devenue une véritable attraction touristique.

Vindkraftværket Tvindkraft éolienne danemark 2
Crédits : Anders Kjeldsen / Wikimedia Commons

Une belle histoire

Côté chiffres, Tvindkraft mesure 53 mètres de hauteur et ses pales font chacune 54 mètres de long pour une masse de 3,2 tonnes. Entre 1978 et 2014, l’éolienne avait accumulé 150 540 heures de fonctionnement pour une production totale de plus de vingt millions de kilowattheures (kWh) d’électricité. Rappelons au passage qu’à Ulfborg, le vent souffle en moyenne trois cents jours par an, faisant de l’éolienne la principale source d’énergie.

Un mot sur la genèse du projet. Le choc pétrolier de 1973 avait poussé certains pays à chercher des sources d’énergie alternatives. Au Danemark, la fondation Tvind, un réseau d’écoles alternatives basé à Ulfborg, désire construire le plus grand moulin à vent du monde. Le but ? Prouver qu’il est possible de produire une énergie propre et abordable financièrement. Le chantier de l’éolienne Tvindkraft a duré trois ans (1975-1978) et l’installation est la plus ancienne du genre encore en fonctionnement dans le monde entier.

Il faut également savoir que ce projet a fait l’objet d’un financement par les seuls enseignants de la fondation Tvind, et ce, à hauteur de presque un million d’euros. La construction a été menée par environ quatre cents personnes, les enseignants ayant reçu de l’aide de la part de bénévoles, écologistes, activistes antinucléaires, ingénieurs engagés, hippies bricoleurs, etc. Enfin, rappelons qu’à l’époque, ce projet était totalement à contre-courant, car le choc pétrolier avait tout d’abord poussé le Danemark à songer au nucléaire.