in

Supprimer le double menton sans chirurgie, c’est maintenant possible

Crédits : iStock

Plus de liposuccion obligatoire pour supprimer le double menton! Les États-Unis viennent d’approuver l’adoption d’un nouveau traitement par injection d’un brûleur de graisses.

La FDA (Food and Drug Administration) a donné son accord pour utiliser le Kybella® des laboratoires Kythera Pharmaceuticals. Ce nouveau traitement contre le double menton contient de l’acide désoxycholique synthétique, une molécule produite par la vésicule biliaire pour aider l’intestin à brûler les graisses. Une solution qui permet d’éviter la liposuccion, acte chirurgical qui nécessite une anesthésie et implique donc un certain risque.

Pour rappel, le double menton apparaît par le relâchement de la peau et des muscles. Il est causé par la vieillesse, un déséquilibre hormonal ou encore une prise de poids rapide.

Le nouveau produit agit en détruisant l’enveloppe des cellules graisseuses, permettant ensuite leur absorption naturelle par l’organisme. Le traitement nécessite néanmoins six séances de 50 piqûres, étalées sur six mois. Ces injections seront obligatoirement réalisées par un spécialiste, afin d’éviter tout risque inutile. En effet, une aiguille insérée au mauvais endroit risque de détruire les nerfs nécessaires au sourire et créer des dommages aux cellules de la peau. De plus, le traitement ne pourra pas être utilisé pour une localisation.

D’après la FDA, le traitement serait efficace pour des cas « modérés à sévères » de double menton.

Des effets secondaires gênants

D’après une étude parue en 2013 dans le British Journal of Dermatology, plus de 90 % des testeurs avaient ressenti des effets secondaires : douleurs au menton, engourdissements et parfois même gonflements. Cependant, la plupart de ces événements indésirables étaient transitoires et uniquement associés à la zone de traitement.

Pour le moment, aucun prix n’a été officiellement déclaré. Et dans tous les cas, la France n’a, pour l’instant, pas donné son accord pour la commercialisation de ce produit sur son territoire.

Sources : FDAScience et Avenir