in

Qu’est-ce qui a fissuré la dent de cet énorme mégalodon ?

Crédits : Jorge Gonzalez

Le mégalodon avait beau être gigantesque et redoutable, il n’était pas à l’abri des problèmes dentaires. Une analyse récente d’une dent fissurée laisse entendre que la déformation pourrait avoir été causée par une proie en riposte. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue PeerJ.

Une « double-dent » se caractérise par une seule dent qui pousse avec une fente longitudinale au centre. Il peut s’agir de deux bourgeons dentaires qui se sont combinés pour former une dent (processus de fusion) ou un seul bourgeon dentaire qui s’est divisé en deux. On parle alors de gémination.

Les pathologies de la « double dent » sont des indicateurs importants de traumatisme, de maladie, de régime alimentaire et de biomécanique de l’alimentation. Elles sont largement documentées chez les mammifères. Cependant, leur diagnostic chez les vertébrés non mammifères éteints,  notamment chez les requins, a toujours été plus compliqué.

Dans le cadre de ces travaux, des chercheurs se sont donc intéressés au mégalodon. Cet ancien prédateur mesurait entre quinze et dix-huit mètres de long. La plupart des fossiles datent d’il y a environ quinze millions d’années, tandis que les preuves de son existence ne sont plus disponibles après 2,6 millions d’années. Autrement dit, c’est à peu près à cette époque que l’espèce a disparu.

Les mégalodons avaient des squelettes en cartilage. Ces structures ne sont pas aussi robustes que les autres et ne se fossilisent généralement pas bien. C’est pourquoi la plupart des fossiles de mégalodons qui survivent jusqu’à présent sont des dents. Et comme les requins modernes, ces prédateurs perdaient constamment leurs crocs pour en développer de nouvelles. Or, des chercheurs ont récemment analysé l’une de ces dents. Celle-ci faisait dix centimètres de long et était fendue.

Une proie en riposte ?

Pour découvrir ce qui pourrait être à l’origine de cette pathologie, les chercheurs se sont penchés sur des centaines de dents de requin fossiles conservées au North Carolina Museum of Natural Sciences à Raleigh. Ils n’ont trouvé que deux autres exemples de déformation inhabituelle comparables. Les deux concernaient le requin-taureau Carcharhinus leucas. Cet animal évoluait aux côtés du mégalodon il y a des millions d’années. Cependant, contrairement à son congénère, il est toujours présent aujourd’hui.

Les chercheurs ont comparé toutes ces dents déformées aux côtés des dents normales des deux espèces de requins. Ils ont ensuite effectué une tomodensitométrie pour cartographier les cavités pulpaires présentes à l’intérieur de celles du requin-taureau et les réseaux vasculaires à l’intérieur de celle du mégalodon. Le but était d’examiner comment ces dents auraient pu se développer.

dents mégalodon
Dents normales à côté de dents déformées de deux espèces de requins : le mégalodon et Carcharhinus leucas. Crédits : Matthew Zeher

Leur analyse a suggéré que la gémination (plutôt que la fusion) était plus susceptible d’avoir produit ces fameuses dents doubles. Quant à l’origine de la pathologie, les scientifiques ont conclu qu’une blessure traumatique était la cause la plus probable. Ils suggèrent ainsi qu’elle aurait pu être causée par une proie qui a riposté. Une autre possibilité est que ce mégalodon ait été empalé par la colonne vertébrale d’une raie.

Avec environ trois cents dents dans la gueule, ce prédateur n’aurait probablement pas été trop troublé par cette seule dent fendue. En revanche, si la structure à l’origine de la blessure s’était ensuite logée dans la mâchoire, cela pourrait avoir affecté la façon dont il chassait et se nourrissait.