in

D’où vient l’orgasme féminin ? Des chercheurs pensent avoir la réponse !

Crédits : paradox6 / Pixabay

Cette question existentielle a longtemps fait débat, notamment chez les Grecs de l’Antiquité. Cependant, alors que les théories ont toujours été nombreuses, deux chercheurs disent avoir trouvé l’origine de l’orgasme féminin, et celle-ci ne serait pas liée au plaisir.

Il est plutôt compliqué de réfléchir à l’origine de l’orgasme féminin et ne pas supposer un lien avec le plaisir. Alors que de nombreux scientifiques tentent de trouver une réponse adéquate depuis des années, deux chercheurs pensent avoir la solution, et celle-ci se trouverait dans la théorie de l’évolution. Les deux chercheurs sont Alison Richard de l’université de Yale et Mihaela Pavličev, travaillant à l’hôpital pour enfants de Cincinnati (États-Unis). Leurs travaux ont été publiés dans la revue JEZ-Molecular and Developmental Evolution le 1er août 2016.

Afin de comprendre un fait qui est vraisemblablement loin du processus de reproduction, les chercheurs ont étudié la biologie de nombreux mammifères, plutôt que celle des humains ou des primates. Ils estiment que l’orgasme avait pour but, il y a environ 75 millions d’années, de déclencher l’ovulation, selon le quotidien britannique The Guardian.

Cependant, nous savons que l’orgasme féminin n’a pas de lien avec l’ovulation de la femme, qui est un phénomène respectant des cycles, mais ce n’est pas le cas chez de nombreux mammifères, dont l’ovulation est déclenchée par le mâle. Les scientifiques ont observé, lors de telles ovulations provoquées, la sécrétion de prolactine et d’ocytocine, deux hormones qui se retrouvent dans le sang de la femme lors d’un orgasme, entre autres.

Alison Richard et Mihaela Pavličev pensent qu’il y a plus de 75 millions d’années, l’intégralité des femelles mammifères avait une ovulation directement déclenchée par le mâle (donc par l’orgasme). Ensuite, les premiers primates et rongeurs ont évolué vers une ovulation d’ordre cyclique, ce qui a provoqué une disparition de l’intérêt biologique d’un tel « réflexe hormonal ».

Afin de prouver leur conclusion, les chercheurs ont comparé les appareils génitaux de différents mammifères. Chez les mammifères où l’ovulation est déclenchée par l’orgasme, le clitoris se trouve à l’intérieur du vagin, contrairement aux femmes, qui font partie des mammifères à ovulation cyclique.

« Il y a beaucoup de débats pour savoir si l’orgasme féminin peut avoir d’autres fonctions, comme le fait de favoriser une liaison affective, donc nous ne pouvons pas exclure que cette évolution a entraîné d’autres fonctions après la perte de la fonction de reproduction » indique Mihaela Pavličev, qui ne pense pas à une inutilité biologique totale du clitoris.

Sources : HuffingtonPostMetronews