in

Donald Trump a nommé juge fédéral un « chasseur de fantômes »

Crédits : Youtube/Liberty Day Institute

La nouvelle coqueluche du président américain se nomme Brett Talley, un avocat qui accédera bientôt au poste de juge fédéral. L’intéressé est surtout connu pour être romancier et chasseur de fantômes !

Pour l’instant, Brett Talley, 36 ans, est toujours avocat. Cependant, présent dans les petits papiers de Donald Trump, celui-ci est dans l’attente de son accession au poste de juge fédéral de l’Etat de l’Alabama. En ce moment, sa candidature est examinée par le Sénat des États-Unis qui statuera sur sa validation. Outre-Atlantique, la controverse est bien présente car Brett Talley ne bénéficie pas d’une très bonne réputation.

Il y a quelques jours, le New York Times avait revélé le fait que Brett Talley n’avait pas rendu public son union avec Ann Donaldson, une avocate de la Maison Blanche. Également, sa personnalité ne fait pas l’unanimité et ce depuis quelques années. En 2014, le Washington Post avait fait un compte-rendu de la personnalité de l’avocat.

Lorsqu’il n’est pas occupé à ses fonctions principales, Brett Talley passe la majeure partie de son temps à écrire des romans fantastiques et d’horreur. L’homme chercherait également les fantômes. En effet, celui-ci est membre du Tuscaloosa Paranormal Research Group, réunissant des amateurs de recherche de phénomènes paranormaux. Ces derniers explorent des asiles et autres bâtiments abandonnés, équipés d’appareils de mesure de champs magnétiques.

Le journaliste auteur de l’article de 2014, Ben Terris, s’était entretenu avec le sénateur Rob Portman pour qui Brett Talley écrivait :

« Par une soirée brumeuse au début de décembre, Talley m’emmène au cimetière Holy Rood, dans le nord-ouest de Washington, pour me montrer comment chasser les fantômes. Venu directement de Capitol Hill, avec son trench et son costume noir, il a des airs de lobbyiste pour morts-vivants. Armé d’un enregistreur et d’une lampe de poche, Talley cherche des tombes qu’il pourrait juger intéressantes et pose des questions à voix haute au cas où un esprit voudrait bien y répondre. Même quand il ne travaille pas, il essaie de canaliser la voix de quelqu’un d’autre. Mais il semble presque faire ça avec un sourire en coin. »

Alors que nous pensions déjà être rassasiés depuis la nomination de deux climatosceptiques à des postes clés du gouvernement lors de l’investiture de Donald Trump, l’administration Trump n’a apparemment pas fini de nous étonner.

Sources : Business InsiderMashable