in ,

Dix volontaires entament une expérience à Toulouse : rester allongés durant 60 jours

Crédits : CNES

À MEDES, dans la clinique spatiale de Toulouse en Haute-Garonne, une expérience de simulation de l’impesanteur vient de débuter. Pendant toute sa durée, dix volontaires vont rester allongés pendant une période de 60 jours. Une phase d’alitement baptisée BedRest.

« Faire avancer le spatial en gardant les pieds sur Terre », c’est avec ces mots que le CNES décrit l’expérience étonnante qui vient de débuter à Toulouse, à la clinique spatiale MEDES (Institut de Médecine et de Physiologie Spatiales), baptisée BedRest. L’objectif du BedRest, expérience née aux États-Unis dans les années 1960, est de tester des méthodes susceptibles d’atténuer les effets indésirables de l’impesanteur sur le corps humain dans des conditions similaires aux vols habités dans l’espace et de préparer les astronautes à leur retour sur Terre.

Ils sont dix volontaires à s’être allongés le 31 janvier 2017, un alitement qui prendra donc fin dans soixante jours. C’est une campagne en trois étapes qui a commencé par quinze jours de mesures en amont, deux mois d’alitement prolongé qui viennent donc de démarrer, puis une dernière phase de quinze jours de récupération lors desquels de nouvelles mesures sont effectuées a posteriori.

L’alitement se fait avec les jambes surélevées, une inclinaison de -6° qui correspond à ce que vit le corps d’un astronaute en situation d’impesanteur. Cette position induit en effet une migration des liquides de l’organisme vers la partie supérieure du corps comme on l’observe dans l’espace.

Durant ces deux mois, une moitié des volontaires recevra des gélules contenant un mélange d’extraits naturels polyphénoliques de plantes alimentaires, et ce, plusieurs fois par jour, pendant que l’autre moitié, un groupe « de contrôle », ne prendra pas de gélules pour pouvoir comparer l’impact du « cocktail » sur l’organisme, notamment sur l’atrophie musculaire ou la déminéralisation osseuse.