in

Dites bonjour à 2I/Borisov, la nouvelle comète interstellaire !

Crédits : Pixabay

Il y a quelques jours, on annonçait avoir décelé la présence d’une possible comète interstellaire dans notre système. Sa nature vient d’être confirmée. L’objet a donc officiellement été nommé, comme le veut la tradition, en l’honneur de son découvreur.

Il y a deux ans, un visiteur interstellaire – désormais baptisé Oumuamua – était repéré par des chercheurs de l’Université d’Hawaii. C’était alors une première historique. Mais il semblerait que ces objets soient finalement plus nombreux qu’on ne le pensait. Le 30 août dernier en effet, Gennady Borisov, grâce à son petit télescope construit de ses propres mains en Crimée, a repéré une comète qui, semblait-il, venait aussi d’ailleurs. Les analyses de suivi effectuées par le Minor Planet Center, de l’Union astronomique internationale, confirment aujourd’hui sa trajectoire inhabituelle. C’est désormais officiel : il s’agit bel et bien du deuxième objet connu venant d’un autre système.

« L’orbite est maintenant suffisamment connue pour confirmer que l’objet est sans équivoque d’origine interstellaire », a déclaré l’UAI dans un communiqué. Ce nouveau “visiteur” de l’espace a donc, comme le veut la tradition, été nommé en l’honneur de celui qui l’a repéré en premier : 2I/Borisov. Le préfixe “2I” signifie qu’il s’agit simplement du deuxième objet interstellaire catalogué. Rappelons qu’une photographie de l’objet a pu être prise il y a peu grâce à l’observatoire Gemini, situé à Hawaii.

comète
Une image composite bicolore de l’observatoire Gemini du second objet interstellaire jamais identifié. Crédits : Observatoire Gemini/NSF/AURA

Étudier l’objet plus en détail

Lors de sa découverte, la comète 2I/Borisov (quelques kilomètres de diamètre) se plaçait à environ 3,5 UA du Soleil (une UA équivaut à la distance Terre-Soleil). Selon les nouveaux calculs de sa trajectoire, l’objet se rapprochera au plus près du Soleil (périhélie) le 7 décembre prochain (à moins de 2 UA). Avant de retourner dans l’espace interstellaire pour ne plus jamais revenir. Contrairement à Oumuamua, déjà sur le retour au moment de sa découverte, les astronomes auront en revanche ici un peu plus de temps pour étudier l’objet. On espère ainsi en savoir prochainement davantage sur sa composition, sa taille ou encore sa provenance.

Ce nouveau visiteur nous amène également à nous poser d’autres questions : pourquoi ces objets “venus d’ailleurs” n’ont-ils pas été découverts auparavant ? Combien sont-ils chaque année, à venir “squatter” dans notre système ? Une étude publiée l’année dernière stipule qu’ils pourraient être des milliers. De quoi relancer le débat sur une possible “lithopanspermie”, qui propose que la vie sur la Terre provient de collisions accidentelles avec des corps extraterrestres rocheux naturels.

Articles liés :

Un morceau de comète retrouvé caché à l’intérieur d’une météorite

Toute l’eau de la Terre ne viendrait pas des comètes, mais alors d’où ?

Voici ce que vous verriez si vous étiez sur une comète