in

Il y a 193 millions d’années, des dinosaures se déplaçaient déjà en troupeaux

Crédits : capture d'écran Jurassic Park/Universal

Des paléontologues détaillent la découverte d’un groupe de dinosaures primitifs exceptionnellement préservé montrant des signes de comportements sociaux complexes il y a 193 millions d’années. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature.

Le succès évolutif des premiers sauropodomorphes

Peu de temps après l’apparition des dinosaures, les premiers sauropodomorphes (ancêtres des gigantesques sauropodes quadrupèdes) ont subi un remarquable rayonnement adaptatif, marqué notamment par le développement de nombreux herbivores de grande taille. Les sauropodomorphes, qui étaient les tétrapodes les plus abondants dans de nombreux écosystèmes terrestres à la fin du Trias, n’ont par la suite pas été affectés par l’extinction du Trias-Jurassique, il y a environ 200 millions d’années, demeurant finalement les seuls grands herbivores des écosystèmes terrestres du Jurassique inférieur.

La prédominance de ces premiers dinosaures sauropodomorphes dans les écosystèmes terrestres s’est ensuite étendue sur près de 40 millions d’années. Pour les paléontologues, leur capacité à s’adapter de manière opportuniste aux niches laissées vides après l’extinction d’autres herbivores pourrait expliquer ce succès, mais est-ce pour autant l’unique raison ?

Jusqu’à présent, le comportement de ces animaux n’avait pas été considéré comme jouant un rôle dans leur succès précoce, principalement en raison de la rareté des fossiles disponibles. Une nouvelle découverte signée d’une équipe internationale vient aujourd’hui combler cette lacune. D’après ces travaux, certaines espèces évoluaient en effet déjà en troupeaux il y a environ 193 millions d’années.

Un site fossilifère exceptionnel

Depuis 2013, les membres de l’équipe ont excavé plus de cent oeufs de dinosaures (environ la taille d’œufs de poule), dont certains contenaient encore des embryons. Des restes partiels de quatre-vingts dinosaures juvéniles et adultes ont également été retrouvés sur le même site, au sud de la Patagonie. Tous ces animaux appartenaient à l’espèce Mussaurus patagonicus, un dinosaure sauropodomorphe herbivore évoluant au début du Jurassique.

Étonnamment, les chercheurs ont observé que les fossiles étaient regroupés par âge, avec d’un côté les œufs et les nouveau-nés, tandis que des squelettes de juvéniles étaient regroupés dans une zone voisine. Pendant ce temps, des restes de dinosaures adultes ont été trouvés seuls ou par paires sur l’ensemble du site.

dinosaures troupeaux
Vue d’un embryon de Mussaurus Patagonicus à l’intérieur de son œuf. Crédits : Vincent Fernandez, ESRF/NHM

Comportements sociaux

Selon les auteurs, cette « ségrégation par âge » est un signe fort d’une structure sociale complexe, semblable à un troupeau. Selon eux, ces dinosaures travaillaient probablement en communauté, pondant leurs œufs dans un lieu de nidification commun, tandis que les juvéniles étaient « élevés » ensemble par la suite.

« Il existait probablement une structure communautaire plus large où les adultes partageaient et participaient à l’éducation de toute la communauté« , souligne Jahandar Ramezani, membre de l’équipe.

dinosaures troupeaux
Illustration d’un groupe de Mussaurus Patagonicus. Crédits : Jorge Gonzalez

S’ils se confirment, ces résultats représenteraient donc la première preuve de l’élevage social chez les dinosaures. Si tel est le cas, le fait de vivre en troupeau pourrait avoir donné à ces animaux, et probablement à d’autres, un avantage évolutif.

Les scientifiques soupçonnent également que deux autres types de dinosaures primitifs, Massospondylus (Afrique du Sud) et Lufengosaurus (Chine) évoluaient également en troupeaux à peu près à la même époque, bien que la datation de ces dinosaures ait été moins précise. Si plusieurs lignées distinctes de dinosaures vivaient effectivement ainsi, alors ce type de comportement social pourrait avoir existé plus tôt, peut-être aussi loin que leur ancêtre commun, à la fin du Trias.