in

Des bébés dinosaures ont éclos dans l’Arctique il y a 70 millions d’années

Un couple de tyrannosaures avec leurs petits. Crédits : James Havens

Des microfossiles de dinosaures tamisés dans le nord de l’Alaska suggèrent que certaines espèces évoluaient toute l’année au-dessus du cercle polaire arctique. Ces travaux sont rapportés dans Current Biology.

On dépeint souvent les dinosaures dans des climats chauds et tropicaux, mais certaines espèces n’hésitaient pas à braver le froid polaire également. Les premières traces de leur présence ont été trouvées en 1960 dans l’archipel du Svalbard. Au cours des décennies suivantes, des restes de dinosaures ont également émergé aux latitudes arctiques. À l’époque, le climat de ces régions était plus doux qu’aujourd’hui, mais il restait encore très rude comparé à d’autres régions. Les paysages étaient aussi gelés, et les hivers tout aussi sombres.

Si nous savions depuis longtemps que des dinosaures se frottaient au « Grand Nord », nous ignorions jusqu’à présent si ces animaux passaient toute l’année dans ces contrées ou s’ils n’en profitaient que durant les étés avant de migrer vers le sud pendant l’hiver.

Direction le Grand Nord

Dans le cadre d’une étude récente, une équipe dirigée par Patrick Druckenmiller, paléontologue au Musée du Nord de l’Université d’Alaska, s’est rendue à la formation de Prince Creek, dans le nord de l’Alaska, qui abritait « les dinosaures les plus polaires que nous connaissions« , note le chercheur.

Sur plusieurs missions, les paléontologues ont ramassé du sable et de la boue sur des collines de Prince Creek, révélant finalement une couche gelée de matériaux fossilifères située en dessous. Une fois dégelés au soleil, des échantillons de sol ont été prélevés puis tamisés pour ne garder que les morceaux plus gros qu’une graine de pavot.

En laboratoire, des étudiants et volontaires ont ensuite analysé, cuillère par cuillère, tous ces grains au microscope dans le but d’isoler de minuscules fragments d’os et de dents. Bref, autant de microfossiles susceptibles de témoigner la présence de bébés dinosaures à ces époques.

dinosaures arctique alaska
Excavation de restes de dinosaures périnatals au-dessus en Alaska. Crédits : Kevin May

Des restes de bébés dinos en Alaska

Et la « pêche » fut bonne ! Au terme de leurs analyses, les chercheurs ont en effet isolé des microfossiles d’au moins sept espèces différentes de dinosaures du Crétacé supérieur. Certains étaient des tyrannosaures, d’autres des cératopsiens ou des hadrosaures à bec de canard.

« Trouver des preuves de ces jeunes dinosaures, y compris certains qui n’ont peut-être pas encore éclos, aide à notre compréhension du mode de vie des dinosaures polaires« , note le Dr Druckenmiller.

Les estimations récentes des temps d’incubation des oeufs de dinosaures (jusqu’à six mois dans certains cas) rendent en effet le calendrier de migration hivernale beaucoup trop serré. Au lieu de cela, les dinosaures ont probablement dû s’adapter pour protéger et nourrir leur progéniture dans ces contrées glacées.

« Vous n’imaginiez pas des dinosaures dans la neige, n’est-ce pas ? Mais clairement, ils pourraient prospérer là-haut« , confirme le paléontologue. « Il est probable que certains d’entre eux avaient des plumes duveteuses. La découverte soutient également l’idée de plus en plus populaire que les dinosaures n’étaient pas des « créatures à sang froid ressemblant à des lézards », mais plutôt des endothermes, capables de créer leur propre chaleur corporelle« .

D’autres comportements, comme l’hibernation, sont également « tout à fait possibles« , mais ils n’ont encore jamais été confirmés. À la recherche de plumes fossilisées et de signes de terriers, l’équipe prévoit de retourner à Prince Creek pour découvrir plus de détails.