Les dinosaures, des coureurs agiles à l’aube de leur évolution

dinosaures
En adoptant une plus grande variété de formes et de modes de membres, les dinosaures auraient pu occuper davantage d'habitats terrestres et se diversifier considérablement lors d'événements d'extinction. Crédits : Sergueï Krasovskiy.

De nouveaux travaux démontrent que les premiers dinosaures étaient plus rapides et plus dynamiques que leurs concurrents. Selon les scientifiques, les progrès locomoteurs de ces animaux ont contribué à leur survie et à leur succès par la suite.

Comprendre l’émergence des dinosaures

L’étude menée par des chercheurs de l’Université de Bristol se concentre sur les premières évolutions des dinosaures et de leurs proches parents, les Avemetatarsalia. Elle se déroule pendant la période géologique du Trias qui s’étend d’environ 252 à 201 millions d’années avant notre ère.

Pour rappel, le Trias est une époque clé dans l’histoire de la Terre marquée par des événements tels que l’apparition des premiers dinosaures, la diversification des reptiles et des changements climatiques significatifs. Pendant cette période, la Terre a connu des conditions environnementales changeantes, passant d’un climat relativement humide à un climat plus sec. Ces changements ont eu un impact sur la faune et la flore de l’époque et ont stimulé l’évolution des différentes espèces pour s’adapter à ces nouvelles conditions.

Les dinosaures, qui ont émergé pendant cette période, ont alors joué un rôle crucial dans l’évolution de la vie sur Terre. Comprendre les débuts de leur évolution et de leur diversification pendant le Trias offre donc des informations précieuses sur la manière dont ces créatures ont réussi à prospérer et à dominer les écosystèmes terrestres pendant des millions d’années.

Une analyse de leurs modes de déplacement

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs se sont concentrés sur les proportions des membres de divers reptiles de cette époque pour comprendre les différences dans leurs modes de locomotion et leur capacité à courir. Pour opérer, les chercheurs ont utilisé une approche méthodique afin de découvrir les caractéristiques anatomiques et les modes de locomotion des dinosaures et de leurs parents proches, les Avemetatarsalia, comparativement à leurs concurrents les plus proches, les pseudosuchiens.

Tout d’abord, ils ont collecté des données sur une variété de reptiles datant du Trias, la période d’étude, en examinant les proportions des membres de ces créatures. Cette analyse a permis de déterminer si ces animaux étaient quadrupèdes (marchant sur quatre pattes) ou bipèdes (se déplaçant sur deux pattes). En identifiant la posture des membres, les chercheurs ont pu établir si ces créatures étaient adaptées à la bipédie, une caractéristique cruciale pour la course.

Un autre aspect crucial de l’étude était l’évaluation de l’indice de curseur des différentes espèces. L’indice de curseur est une mesure de la capacité à courir calculée en analysant les caractéristiques des membres et de la posture. Les animaux ayant un indice de curseur élevé sont généralement adaptés à la course rapide.

dinosaures
Représentation d’un Eoraptor, un dinosaure bipède du Trias. Crédits : Ildarotyrannus /iStock

Les dinosaures : maîtres de la course évolutive

Les résultats de cette analyse ont révélé que dès le début de leur évolution, les dinosaures et les Avemetatarsalia étaient bipèdes et présentaient une gamme plus large de styles de course par rapport à leurs concurrents, les pseudosuchiens. Bien que bipèdes, ces derniers affichaient en effet une gamme plus restreinte de modes locomoteurs.

Cette adaptation bipède et la diversité des modes de course ont probablement conféré aux dinosaures et aux Avemetatarsalia un avantage évolutif, les rendant plus agiles et dynamiques dans leur environnement.

Ces caractéristiques ont pu jouer un rôle crucial dans leur succès évolutif, en particulier pendant les changements climatiques et environnementaux du Trias opérés il y a environ 233 millions d’années. Ils ont non seulement survécu à cette crise, mais ils ont également élargi leur amplitude de locomotion afin d’occuper différentes niches écologiques et d’évoluer pour devenir des créatures diversifiées.

L’étude met également en évidence le fait que malgré leur évolution réussie, les dinosaures n’ont pas montré une évolution particulièrement rapide en termes de taux d’évolution contrairement à ce à quoi l’on pourrait s’attendre dans un contexte évolutif. Cependant, leur style de locomotion avantageux, combiné à une diversité de postures et de modes de déplacement les a positionnés favorablement pour saisir les opportunités qui se sont présentées après les crises climatiques.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Royal Society Open Science.