in

Dinosaure : un nouveau super-prédateur découvert aux États-Unis

Crédits : Todd Marshall

Des paléontologues ont identifié une nouvelle espèce de dinosaure carnivore vieille de plus de 155 millions d’années. Un super-prédateur qui, à son époque, régnait sur son environnement.

Chez les dinosaures, lorsque l’on parle de super-prédateurs, on évoque bien souvent les T-Rex. Effectivement, ces carnivores étaient placés tout en haut de la chaîne alimentaire durant la fin du Crétacé. Mais le règne des dinosaures fut très long. D’autres prédateurs ont donc régné bien avant eux, comme Allosaurus, il y a entre 155 et 150 millions d’années.

Ce taxon comprend un certain nombre d’espèces, la plus connue étant A. fragilis, dont la majorité des ossements ont été retrouvés dans la formation de Morrison, dans l’ouest des États-Unis. Ces prédateurs, bipèdes, étaient munis d’une longue queue servant de balancier à leur corps puissant. Ils étaient également armés de larges bras terminés par de longues griffes crochues et acérées. Et, accessoirement, certains spécimens pouvaient mesurer plus de huit mètres de long.

Mais A. fragilis ne fut pas le seul à régner sur l’Ouest américain durant le jurassique. Exposés au Musée d’histoire naturelle de l’Utah, deux spécimens fossilisés ont en effet récemment fait l’objet d’analyses. Et selon ces travaux, ils représentent en réalité une toute nouvelle espèce. Baptisée Allosaurus jimmadseni, celle-ci aurait évolué dans le même environnement que A. fragilis, mais au moins cinq millions d’années plus tôt.

30 ans d’analyses

Initialement, le corps du premier prédateur a été découvert au début des années 90. L’extraire de la roche n’avait d’ailleurs pas été une partie de plaisir. « Le bloc squelette était si lourd (2 700 kg) qu’il a fallu utiliser des explosifs pour le retirer, et un hélicoptère pour le transporter », explique dans un communiqué l’Université de l’Utah. Son crâne sera découvert quelques années plus tard, en 1996.

Puis un autre spécimen complet à 95 % – baptisé Big Al – fut également retrouvé en 1991, cette fois dans le Wyoming.

Au départ, les paléontologues pensaient que ces deux spécimens représentaient la seule espèce d’allosaure connue à cette époque dans ces contrées, A.fragilis. Mais, après 30 années d’analyses, il a finalement été conclu qu’il s’agissait d’anciens cousins.

Un moulage d’un squelette d’Allosaurus jimmadseni. Crédits : Dan Chure

Physiquement, A. jimmadseni avait des pattes, une queue et des bras relativement larges et longs, à l’instar d’A.fragilis. En revanche, son crâne était plus mince et plus court. Selon les chercheurs, certains spécimens pouvaient mesurer jusqu’à neuf mètres de long pour environ deux tonnes sur la balance.

À l’époque, ces dinosaures évoluaient dans de grandes plaines inondables, s’attaquant probablement à de gros herbivores, tels que des sauropodes ou des stégosaures.

Source

Articles liés :

Voici le plus grand dinosaure théropode jamais découvert en Australie

Des restes de bébés dinosaures retrouvés en Australie

Ce dinosaure carnivore changeait de dents tous les deux mois