in

Pourquoi ce dinosaure, proche cousin du vélociraptor est-il ailé ?

Crédits : ractapopulous / Pixabay

Des chercheurs de l’université d’Édimbourg (Écosse) ont mis au jour le fossile remarquablement bien conservé d’un proche cousin du célèbre vélociraptor. Outre le fait que cette découverte confirme que cette famille de dinosaures était bel et bien couverte de plumes, elle vient également soulever un certain nombre de questions quant à l’utilité de ces dernières.

Il y a quelques semaines, nous vous faisions part du manque de rigueur de la saga Jurassic Park en vous révélant un certain nombre d’anachronismes et d’approximations scientifiques présents au sein de la licence. Parmi ces incohérences, figurait notamment le fait que le célèbre vélociraptor apparaissait à l’écran tel un imposant lézard, alors que les dernières avancées en paléontologie tendent à prouver que cet animal était en réalité couvert de plumes. Un fait qui vient par ailleurs de trouver une nouvelle confirmation avec la mise au jour récente du fossile d’un proche cousin du vélociraptor dans la province de Liaoning, en Chine.

Ce nouveau spécimen, répondant au doux nom de « Zhenyuanlong suni », mesurait près de deux mètres de long pour 40 kg et aurait vécu il y a de cela 125 millions d’années, en plein pendant la période du Crétacé. « Le fossile est si bien conservé que nous pouvons voir les plumes d’une grande partie de son corps, y compris une série de grandes plumes accrochées sur ses bras », a déclaré Steve Brusatte, chercheur à l’université d’Édimbourg en Écosse, relayé par le site le monde. « Si vous aviez vu Zhenyuanlong vivant, je ne pense pas que vous auriez fait la différence entre lui et, disons, un vautour », a-t-il poursuivi.

Le fossile a en effet été si bien conservé que les chercheurs ont pu reproduire avec une grande exactitude le plumage de l’animal. Ils ont ainsi déterminé que ce dernier possédait d’imposantes plumes au niveau de ses bras, alors que son duvet se voulait plus fin au niveau de son dos et de sa queue.

Pour autant, bien que l’analogie avec un oiseau est tentante, le paléontologue Steve Brussate rappelle que la taille et les petits bras du dinosaure le distinguent des espèces aviaires. En outre, selon les scientifiques, les plumes qu’arborait l’animal ne lui auraient en aucun cas servi à voler, ce qui soulève par la même occasion certaines interrogations. « Pourquoi cet animal a-t-il des ailes? Elles ne lui servent en aucun cas à voler. Il est trop gros et ses bras sont trop courts », a ainsi déclaré Steve Brussate.

S’il est envisageable que ce dinosaure à plumes soit l’un des chaînons manquants de l’évolution qui aurait permis à ses descendants de pouvoir finalement voler, Steve Brusatte n’en est cependant pas si sûr. « Peut-être qu’elles (ndlr : Ses plumes) lui servaient à parader, ou à protéger ses œufs dans le nid. Et peut-être que ces ailes n’ont pas évolué pour permettre le vol, mais pour une autre raison », a ainsi expliqué le chercheur. « Il y a quelques années, la plupart des paléontologues auraient dit que les dinosaures ont, au cours de leur évolution, été dotés de plumes et d’ailes pour leur permettre de voler. Mais, maintenant, nous n’en sommes plus si sûrs ».

Au final, la découverte de ce fossile soulève donc, pour le moment, davantage d’interrogations qu’elle ne permet d’en résoudre…

Sources : Lemonde — 20minutes