in

Diminuer l’apport en calories serait plus sain grâce aux bactéries intestinales !

Crédits : Pixabay

Des tests menés sur des souris ont permis d’affirmer que le fait de diminuer leurs apports caloriques était bénéfique en raison de l’activité des bactéries intestinales. Il s’agirait d’une nouvelle piste sérieuse afin de combattre l’obésité.

Se restreindre au niveau des apports caloriques est-il source de bienfaits ? Ce serait effectivement le cas, selon une étude menée par le Département de physiologie cellulaire et métabolisme de la Faculté de médecine de l’Université de Genève (Suisse). Les résultats ont été publiés dans la revue Cell Metabolism le 30 août 2018.

Les chercheurs ont réduit jusqu’à 40 % l’apport calorique de souris pendant un mois entier. Ils ont observé une augmentation de la présence de “graisse beige”, une sorte de tissu adipeux capable de brûler la graisse corporelle, contribuant ainsi à la perte de poids. Il s’agissait de prouver l’efficacité de la flore microbienne, c’est pourquoi des microbes intestinaux avaient été prélevés dans une partie du colon (cæcum).

Ainsi, les animaux vivraient plus longtemps et en meilleure santé, car l’organisme brûlerait davantage de graisse et le taux de glycémie baisserait plus rapidement. Les chercheurs sont formels : la restriction calorique stimulerait le système immunitaire. De plus, ces derniers ont pu reproduire l’effet de cette même restriction calorique en modifiant génétiquement les souris !

« De toute évidence, le système immunitaire ne combat pas seulement les infections, il joue également un rôle déterminant dans la régulation du métabolisme. Ces découvertes ouvrent un tout nouveau champ de recherche sur l’obésité », a déclaré dans un communiqué le professeur Mirko Trajkovski, à la tête de l’équipe de recherche.

Par ailleurs, les scientifiques ont également observé que les souris réagissaient mieux à l’insuline. En effet, leur foie métabolisait le sucre ainsi que la graisse de manière plus saine. Ces mêmes animaux auraient aussi développé une certaine résistance au froid.

Source

Articles liés :

En combien de temps un excès de calories se transforme-t-il en gras indésirable ?

Comment les calories sont-elles calculées ?

Six Américains avalent 6000 calories par jour dans le cadre d’une étude !