Quels sont les différents nuages et quelles sont leurs caractéristiques ?

nuages
Nuages mammatus. Crédits : Meindert van der Haven.istock

Les nuages sont composés de minuscules gouttelettes d’eau ou de cristaux de glace en suspension. Ils se forment lorsque l’air humide se refroidit et que la vapeur d’eau se condense autour de particules microscopiques appelées noyaux de condensation. Ils peuvent alors prendre différentes formes et tailles en fonction de plusieurs facteurs. Voici de quoi y voir un peu plus clair.

Les climatologues disposent d’un système pour nommer les nuages ​​avec des genres, ainsi que de plus petites subdivisions d’espèces et de variétés. Ces désignations sont basées sur leur forme, leur apparence et leur hauteur dans l’atmosphère. Chaque genre de nuages ​​peut être décrit comme l’une des quatre formes principales : cirro, cumulo, strato et nimbo. Les premiers sont les fines traînées, les « cumulo » sont énormes et pelucheux, les « strato » sont des couches larges et plates  et enfin, les « nimbo » sont les nuages ​​de pluie gris.

Une bonne façon de préciser le type de nuage observé est d’essayer d’abord d’estimer s’il se trouve dans la basse, la moyenne ou la haute atmosphère.

Les nuages élevés

Les nuages ​​les plus hauts sont les plus fins et les plus étirés. On en distingue trois : cirrus, cirrocumulus et cirrostratus. Ils se forment généralement au-dessus de 6 000 m et indiquent généralement un changement à venir des vents ou du temps. En général, étant donné qu’ils sont plus hauts dans l’atmosphère, ces nuages sont constitués de cristaux de glace. Physiquement, les cirrus sont les plus fins des trois. Les cirrocumulus ressemblent davantage à une fine feuille blanche ondulée, tandis que les cirrostratus sont un voile transparent plus homogène.

nuages
Un exemple de cirrocumulus. Crédits : RussieseO/iStock

Les nuages intermédiaires

Au milieu de l’atmosphère, vous distinguerez ensuite les altostratus et les altocumulus. Ils peuvent être trouvés entre 2 000 et 6 000 m. Les altostratus apparaissent comme de grandes feuilles plates qui ne sont pas assez épaisses pour bloquer complètement le soleil. Leur présence indique souvent que vous avez une journée agréable devant vous. Les altocumulus ressemblent quant à eux à une horde de petites boules de coton éparpillées dans le ciel.

nuages
Un exemple d’altocumulus. Crédits : Teena Hansen/iStock

Les nuages bas

De nombreux types de nuages ​​se forment plus près du sol, à 2 000 mètres ou moins, et s’étendent haut dans l’atmosphère. Ces nuages ​​sont appelés nimbostratus, stratus, stratocumulus, cumulus et cumulonimbus. Ils ​​sont constitués de gouttelettes d’eau provenant de l’air chaud environnant.

Les nimbostratus sont les nuages ​​gris sombres qui indiquent la pluie, tandis que les stratus créent également des jours sombres, car ils couvrent le ciel d’une couche basse de blanc terne. De leur côté, les stratocumulus ressemblent un peu aux altocumulus, à la différence qu’ils possèdent une ombre plus foncée et n’apparaissent pas aussi blancs que leurs homologues à plus haute altitude. Les cumulus sont quant à eux d’énormes nuages ​​​​blancs qui s’élèvent haut dans le ciel (les boules de coton classiques). Enfin, les cumulonimbus sont plus imposants et un plus inquiétants, avec un sommet haut et plat. En général, ils annoncent un orage.

nuages
Un exemple de nuages d’orage sombres. Crédits : Pinglabel/iStock

Que sont les mammatus ?

Également connues sous le nom de nuages mammaires (visibles en photo d’en-tête), ces structures se développent généralement dans les parties inférieures des cumulonimbus.

Caractérisés par des protubérances en forme de poches ou de sacs suspendus sous la base d’un nuage, ces nuages se forment généralement dans des zones d’instabilité atmosphérique où de l’air chaud et humide rencontre de l’air plus froid et sec. Cette instabilité crée alors des courants ascendants et descendants dans l’atmosphère. Lorsque de l’air chaud et humide est soulevé par des courants ascendants, il se refroidit à mesure qu’il s’élève dans l’atmosphère. Ce refroidissement peut alors conduire à la condensation de la vapeur d’eau contenue dans l’air. Ensuite, à mesure que l’air se refroidit et se condense, des poches se forment sous la base du nuage principal.

Notez que ces nuages sont souvent temporaires et disparaissent lorsque les conditions atmosphériques changent. Cependant, ils peuvent parfois persister pendant un certain temps tant que les conditions atmosphériques restent favorables à leur maintien.