in

Les différentes espèces d’éléphants s’accouplent-elles ensemble ?

Crédits : Pixabay / ludi

Les éléphants de différentes espèces ne s’accouplent pas entre eux. Autrement dit, ceux-ci ne se mélangent pas et n’échangent plus leurs gènes ayant permis à d’anciennes espèces une meilleure acclimatation à leurs niveaux milieux et climats.

L’équipe de chercheurs en génétique de l’Université McMaster (Canada), menée par Hendrik Poinar a affirmé récemment que contrairement à d’anciennes espèces d’éléphants, les espèces modernes ne s’accouplent plus. Auparavant, les mastodontes tels que les éléphants et les mammouths se mélangeaient et échangeaient des gènes, un processus qui leur permettait de survivre dans leurs nouveaux espaces.

« L’hybridation pourrait aider à expliquer pourquoi les mammouths réussissaient autant à vivre dans des environnements si différents et pour un temps si long », explique Hendrik Poinar dans l’étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences le 20 février 2018.

Afin d’arriver à leur conclusion, les scientifiques ont séquencé 14 génomes dont ceux de deux mastodontes, deux éléphants modernes, une ancienne espèce d’éléphant et une espèce de mammouth. Les chercheurs estiment que les données génomiques récoltées montrent que l’évolution ne se déroule pas de façon organisée, et que ce même processus est plus compliqué que ce qu’il n’y paraissait jusqu’ici.

Les chercheurs ont longtemps buté sur le cas du Palaeoloxodon antiquus (éléphant à défenses droites), une espèce d’éléphant éteinte pendant longtemps assimilée aux éléphants d’Asie modernes en raison de similarités entre la taille de leurs dents et la forme de leur crâne.

Or, une découverte étonnante a été faite : une partie de la composition génétique de cet éléphant provenait d’un mélange issu de plusieurs autres espèces d’éléphants – dont une espèce de mammouth. Les chercheurs soulignent des « évènements d’hybridation multiples majeurs » entre les espèces, ce qui permettrait de mieux comprendre l’évolution des éléphants.

Évoquons également le cas de l’éléphant de savane et l’éléphant des forêts, qui vivent tous les deux en Afrique. Ceux-ci appartiennent à deux espèces différentes, mais aucune preuve d’une hybridation n’a été découverte par les chercheurs. Ces derniers estiment que les deux espèces ont vécu dans un isolement génétique pendant près de 500 000 années, bien qu’ils soient voisins dans la nature.

Sources : TV5 MondeSciences et Avenir