in ,

Mais que diable font ces dindes autour d’un cadavre de chat ?

Une étrange vidéo publiée sur Twitter nous montre ce qui semblerait être un rituel macabre, une « danse de la mort » impliquant une vingtaine de dindes marchant en cercle autour du cadavre d’un chat mort quelques heures plus tôt.

La scène a déjà fait couler beaucoup d’encre et continue d’interloquer les internautes du monde entier. Ces images publiées sur Twitter par l’américain Jonathan Davis, un habitant de Boston, aux États-Unis, nous montrent une étrange scène impliquant vingtaine de dindes marchant en formant une ronde autour d’un chat mort. « C’est la chose la plus dingue que j’ai jamais vue », explique l’auteur de cette vidéo au site américain The Verge.

Mais alors de quoi s’agit-il ? S’agit-il d’une danse macabre ? D’un éloge funèbre ? Depuis la publication de ces images, les interprétations se sont multipliées sur les réseaux sociaux. En réalité, ces oiseaux sont probablement incroyablement nerveux et méfiants envers le cadavre gisant au milieu de la route. Ce comportement pour le moins inhabituel serait finalement le moyen le plus « sûr » d’approcher le prédateur ou d’inspecter le cadavre, en prenant ainsi le moins de risques possible face à celui qui pourrait être un « ancien bourreau ».

Interrogé par The Verge, le biologiste Alan Krakauer assure en effet qu’il s’agirait d’un comportement que pourraient adopter certaines proies. Il explique ainsi que parfois, les animaux situés en bas de l’échelle alimentaire (à l’instar des dindes sauvages) peuvent tenter d’approcher leurs prédateurs pour l’effrayer. Dans ce cas précis, le prédateur n’est plus et les dindes ici présentes effectuent une ronde autour pour s’en assurer.

Vous pouvez observer la même chose avec des pintades ci-dessous. Le « rituel » diffère, mais l’intention semble la même : s’assurer que le prédateur est bien mort en approchant le cadavre « ensemble ». Le regroupement est pour les proies une stratégie anti-prédateur délibérée et le fait d’être en groupe maximise les chances de survie.

Source