in

Ce développeur développe la « réalité virtuelle partagée »

Crédits : Capture vidéo

La réalité virtuelle est incontestablement immersive et amusante pour l’utilisateur. Malgré le possible partage de cette expérience sur un écran, cette solution montre les limites de la 2D. Cependant, un jeune développeur vient de réaliser une prouesse qui va changer la donne : permettre le fonctionnement en collaboration de lunettes de réalité augmentée avec un casque de réalité virtuelle.

Nous parlons abondamment de réalité virtuelle, de réalité augmentée et même de réalité mélangée, mais le prochain terme à la mode sera-t-il celui de réalité partagée ? Nul doute que la performance de Drew Gottlieb, un développeur talentueux, pourrait donner encore plus d’élan à la démocratisation de ce type d’appareils.

L’intéressé a réussi à faire communiquer en temps réel deux dispositifs disponibles sur le marché : le casque de réalité virtuelle HTC Vive et les lunettes de réalité augmentée HoloLens de Microsoft. Par le biais du logiciel de sa création, Drew Gottlieb est parvenu à faire en sorte que l’environnement virtuel du casque d’HTC se superpose au champ de vision des lunettes HoloLens.

Il s’agit là de réalité mélangée, mais nous parlerons ici de réalité partagée tout simplement parce que celle-ci peut se vivre à plusieurs. La réalité virtuelle est une technologie intéressante, mais elle a le défaut d’être excluante puisqu’elle se pratique seul, en pleine isolation. Créée en grande partie pour le jeu vidéo, cette pratique colle donc mal avec l’idée de partage à plusieurs. C’est ici que le système de Drew Gottlieb intervient. Ce dernier a créé l’application HoloViveObserver à partir du kit de développement d’HoloLens ainsi que sur le service de mise en réseau du site Unity. Le code source a d’ailleurs été mis en ligne par l’intéressé sur la plateforme GitHub.

Concrètement, un autre utilisateur peut rejoindre le premier qui évolue dans son monde virtuel. Voilà pourquoi nous parlons de réalité partagée. Pour l’instant, la synchronisation comporte encore quelques défauts, mais déjà, nous savons que le nombre d’utilisateurs partageant cette « connexion » ne serait pas limité.

Ainsi, il est aisément possible de penser à d’autres applications au-delà du jeu vidéo comme des réunions de travail et des présentations devant une assemblée, tandis que la personne qui présente serait celle qui serait à l’origine de la connexion.

Une petite démonstration ?

Sources : KonbiniTom’s Guide