in

Deux nouvelles super-terres proches et “potentiellement habitables” découvertes

Concept d'artiste de GJ229Ac. Crédits : Robin Dienel, Carnegie Institution for Science.

Une équipe d’astronomes annonce la découverte de deux nouvelles super-terres évoluant autour d’étoiles proches. Selon les chercheurs, ces deux mondes seraient “potentiellement habitables”.

L’année 2020 vient à peine de commencer, mais elle s’annonce déjà prometteuse pour le domaine de l’astrobiologie ! Il y a quelques jours, le satellite TESS a en effet réussi à isoler une nouvelle planète de taille terrestre évoluant dans la zone habitable de sa petite étoile, à un peu plus de 100 années-lumière de la Terre. Des chercheurs annoncent aujourd’hui la découverte de deux nouvelles super-terres proches. Ce sont des cibles de choix pour de futures études d’habitabilité.

GJ180d, le premier de ces mondes, évolue autour de l’étoile naine rouge Gliese 180, à 40 années-lumière de la Terre. La seconde, GJ229Ac, tourne autour d’une autre naine rouge un peu plus éloignée retrouvée à 59 années-lumière. Ces deux planètes sont respectivement au moins 7,5 et 7,9 fois plus massives que la Terre.

Ces deux exoplanètes ont été découvertes grâce à la méthode dite “de vitesse radiale”. Celle-ci implique de rechercher des signes de “vacillement” d’étoiles proches. Autrement dit, les astronomes vont remarquer si celles-ci s’éloignent ou se rapprochent de la Terre. Ce mouvement est causé par la présence d’une ou plusieurs planètes qui exercent une légère influence gravitationnelle sur leur hôte.

Des cibles prometteuses

Autre point important, il semblerait qu’aucun des deux mondes ne soit “verrouillé” sur son orbite. De nombreuses planètes retrouvées dans la zone habitable des naines rouges ne montrent en effet qu’une seule face à leur étoile. En conséquence, ces exoplanètes ont un côté “nuit” permanent très froid, et un côté “jour” permanent très chaud. Ce n’est donc pas la meilleure configuration en matière d’habitabilité. Néanmoins, ce n’est visiblement pas le cas ici.

super-terres
Crédits : Robin Dienel, Carnegie Institution for Science

On souligne également que la plus éloignée des deux (GJ229Ac) évolue dans un système au sein duquel l’étoile hôte a un compagnon : une naine brune. Ces objets sont des étoiles “ratées”. Autrement dit, elles ne sont pas assez massives pour que des réactions nucléaires puissent se maintenir en leur cœur. C’est pourquoi elles ne “brillent” pas comme les vraies étoiles. Cependant, elles sont en même temps trop massives pour être considérées comme des planètes. Une naine brune se place entre les deux, en quelque sorte.

Nous savons déjà que des planètes peuvent a priori se former autour de ces objets. En 2004, des astronomes ont en effet confirmé la découverte de la toute première exoplanète (2M1207 b) orbitant autour d’une naine brune (2M1207) à environ 170 années-lumière de la Terre. Il serait maintenant intéressant d’étudier le comportement d’un monde évoluant dans un système binaire naine rouge – naine brune.

Source

Articles liés :

Des milliers de super-terres pourraient se former autour de trous noirs

Les “super-Terres” seraient capables d’entretenir leurs océans durant des milliards d’années

Découverte d’une planète gigantesque autour d’une étoile minuscule