in

Deux nouvelles créatures vieilles de plus d’un demi milliard d’années découvertes

Deux nouveaux fossiles de l'ère Ediacaran découverts par les chercheurs de l'UCR : Obamus coronatus (à gauche) et Attenborites janeae. Crédits : Université de Californie - Riverside

Une équipe de chercheurs américains de l’Université de Californie à Riverside annonce avoir identifié en Australie deux nouvelles espèces de créatures complexes qui évoluaient dans les océans peu profonds il y a environ 580 – 540 millions d’années, à l’aube de la vie animale.

Il y a un demi milliard d’années, la Terre était bien différente : c’est à cette époque lointaine que les premières formes de vie complexes firent leur apparition. Parmi elles se trouvent les Dickinsonia, emblématiques de la faune de l’Édiacarien : une forme de vie plate, nervurée et à symétrie bilatérale. Celles-ci étaient bientôt rejointes par des organismes en forme de tube, des créatures ressemblant à des frondes qui ressemblaient plus à des plantes, et plusieurs dizaines d’autres variétés déjà caractérisées. Ajoutez à cette liste deux nouveaux animaux découverts (visibles en début d’article) :

  • Obamus coronatus, dont le nom honore la passion de l’ancien président Barack Obama pour la science. Cette créature en forme de disque faisait entre 0,5 et 2 cm de diamètre. Elle présentait des rainures en spirale sur sa surface. Obamus coronatus ne semblait pas se déplacer, mais restait plutôt encastrée dans le tapis océanique, formant une épaisse couche de matière organique qui recouvrait le fond marin.
  • Attenborites janeae, du nom du naturaliste et animateur anglais Sir David Attenborough. Ce minuscule ovoïde de moins d’un centimètre de diamètre était orné de rainures internes et de crêtes qui lui donnait l’apparence d’un raisin sec.

La découverte d’Obamus coronatus a été publiée en ligne le 14 juin dans le Journal australien des sciences de la terre. Attenborites janeae est à paraître dans la même revue d’ici peu. Les études ont été menées par la paléontologue Mary Droser, qui note que ces deux animaux ont un type de corps complètement différent de tout ce que les scientifiques ont jamais vu auparavant.

Source