in

Deux Black Mambas se livrent à une danse mortelle pour une femelle

Crédits : Capture vidéo

La scène est semblable à une chorégraphie à deux parfaitement exécutée, pourtant, il s’agit bien d’un combat entre deux Black Mambas, l’un des serpents les plus dangereux au monde, où il n’en restera qu’un, lequel obtiendra les faveurs de la femelle convoitée pour l’accouplement.

Chorégraphie mortelle chez les Mambas Noirs. En vue de séduire une femelle et de s’accoupler avec, une vidéo récemment publiée nous montre le combat engagé entre deux de ces serpents qui comptent parmi les plus dangereux au monde. Emmêlés et parfaitement synchronisés, les deux serpents ont été capturés en vidéo par Kirstie Bowers, originaire de Johannesburg, en Afrique du Sud, alors qu’elle était en safari dans le parc national Pilanesberg, au nord-ouest du pays.

Si ce combat pourrait rapidement tourner à la mort de l’un deux en injectant du venin, la quantité de venin d’un seul de ces serpents pouvant tuer entre 15 et 40 hommes, ce qui en fait l’un des serpents les plus dangereux au monde, il n’est ici pas question de gaspiller du venin, mais plutôt de soumettre l’autre. Ils se mordent parfois, mais n’injectent que très rarement leur venin. En principe, le combat dure jusqu’à ce que l’un des deux abandonne, laissant le vainqueur « gagner » la femelle alors prête à s’accoupler.

Ce type de combat est appelé un « combat de tressage« , et il est extrêmement rare de pouvoir y assister en pleine nature. Généralement, une femelle ne va s’accoupler qu’avec un seul mâle durant cette saison des amours, et peut stocker le sperme de ce dernier pendant des mois, voire des années, chez certaines espèces. Les mâles, eux, essaient de s’accoupler avec plusieurs femelles, encore faut-il remporter ces combats.

Les mambas noirs vivent dans le Sud et l’Est de l’Afrique et peuvent atteindre jusqu’à 4,3 mètres de long. Ils sont rapides, pouvant aller jusqu’à 20 km/h, puissants et ont la réputation d’être agressifs, bien qu’ils essaient généralement d’éviter les contacts avec les personnes.

Source : nationalgeographic

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi