in

D’étranges étoiles magnétiques pourraient engendrer certains des trous noirs les plus lourds de l’Univers

Crédits : vchal / iStock

Selon une étude récente, d’étranges étoiles magnétiques pourraient engendrer certains des trous noirs les plus massifs de l’Univers, notamment ceux à l’origine des ondes gravitationnelles détectées il y a un an.

Plus tôt cette année, une équipe internationale de chercheurs détectait la présence d’ondes gravitationnelles pour la toute première fois suite à la collision de deux trous noirs massifs survenue il y a des milliards d’années, confirmant ainsi les dires d’Albert Einstein il y a 100 ans. Mais la découverte soulevait alors une question importante : comment ces deux trous noirs ont-ils fait pour être aussi massifs ?

Les trous noirs se forment quand une étoile à court de carburant s’effondre sur elle-même. Le problème, c’est qu’en s’effondrant, les étoiles perdent environ la moitié de leur masse qui s’évapore dans l’Univers. Les deux trous noirs à l’origine de ces ondes gravitationnelles détectées faisaient respectivement 29 et 36 masses solaires, ce qui implique le fait que les étoiles qui leur ont donné naissance étaient beaucoup plus massives. La moitié de la masse évaporée, le restant n’était alors, en théorie, pas suffisant pour produire les trous noirs à l’origine de ces ondes gravitationnelles. Alors, comment deux étoiles ont-elles fait pour contenir assez de masse pour former ces deux ogres cosmiques ? Une équipe de chercheurs propose une idée : les champs magnétiques.

L’équipe dirigée par Véronique Petit du Florida Institute of Technology apporte les preuves par simulations informatiques qu’une étoile pourrait effectivement conserver la quantité de masse nécessaire pour créer les trous noirs si ces derniers maintenaient de vastes champs magnétiques environ 10 000 fois plus puissants que celui du Soleil comme on peut le lire dans leur publication dans la revue Monthly Notices de la Royal Astronomical Society. L’idée générale suggère que ces puissants champs magnétiques qui entourent l’étoile peuvent capturer une grande partie de cette perte de masse balayée dans l’espace pour nourrir à nouveau l’étoile, préservant ainsi sa massivité pour un éventuel effondrement. De cette façon, le trou noir engendré pourrait atteindre les tailles détectées par les données d’ondes gravitationnelles.

Sur cette base, l’équipe envisage donc la possibilité que les trous noirs massifs puissent résulter de l’effondrement d’étoiles extrêmement magnétiques. L’hypothèse est pour le moment spéculative et le seul moyen de la confirmer serait d’avoir une observation directe de l’événement ce qui, comme vous pouvez vous en douter, n’est pas chose aisée.

Source