in

Détestées, les guêpes sont cependant très utiles !

Crédits : jggrz / pixabay

Avec le printemps, les guêpes reviennent hanter nos terrasses et nos balcons. Insecte détesté tout comme les frelons, les guêpes sont pourtant très utiles et joueraient même un rôle majeur dans la nature. Il s’agit en effet d’un insecte pollinisateur également capable de réguler la population d’autres insectes.

Mal-aimées, mais utiles

Qui apprécie les guêpes ? Personne ou presque. À l’approche des beaux jours, elles sont susceptibles de perturber certains de nos moments à l’extérieur. Divers techniques existent d’ailleurs afin d’éviter les piqûres, éloigner les guêpes ou encore venir à bout des nids. Leur présence nous est en effet désagréable, sans compter le fait que leurs piqûres peuvent être dangereuses en cas d’allergie.

Malgré ces défauts, les guêpes joueraient un rôle majeur dans la nature. C’est en tout cas ce qu’affirme Éric Darrouzet, de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte (IRBI) à l’Université de Tours. Interrogé en 2020 dans un article de France 3 régions, l’expert préconise de les laisser en paix, de vivre en intelligence à leurs côtés, voire de les protéger au même titre que les abeilles et autres frelons européens.

Il faut savoir que les guêpes participent à la pollinisation des plantes et agissent aussi en qualité de prédateur pour d’autres espèces d’insectes. En effet, elles s’attaquent aux mouches et aux moustiques, et participent donc à la régulation de leur population dans l’environnement.

guêpe
Crédits : Hectonichus/Wikipédia

Les pièges ont un impact négatif sur l’environnement

Éric Darrouzet fustige en premier lieu les appâts sucrés que fabriquent en général les gens. Outre les guêpes et les frelons, ces pièges tuent aussi des lépidoptères, des mouches, des papillons, des coléoptères, etc. L’expert estime que cela a un impact environnemental désastreux. Selon lui, les guêpes ne sont pas foncièrement dangereuses. Il faut savoir que les abeilles ont bien meilleure presse, car elles produisent du miel, un mets raffiné que de nombreuses personnes adorent. Néanmoins, tout comme les abeilles, les guêpes piquent dans seulement deux cas. Dans le premier cas, l’individu l’attrape sans faire exprès dans un vêtement et l’animal se sentant agressé, va piquer. Le deuxième cas survient en cas d’approche par mégarde d’un individu à proximité d’une colonie. Les insectes vont alors simplement faire leur travail et attaquer l’intrus.

Reste que Éric Darrouzet est tout à fait formel : croiser une guêpe ou un frelon en train de chasser ne représente aucun danger. Ce genre d’animaux est méconnu du public, peu d’informations circulent et leur réputation les précède constamment. Passionné, l’expert estime néanmoins qu’au regard de leur biologie, leur structure sociétale ou encore leur cycle de vie, il s’agit d’animaux fascinants.