in

Dessinez un iceberg afin de comprendre sa manière de flotter !

iceberg
Crédits : Iceberger

Les icebergs sont une importe source de préoccupation. Témoins de la fonte des glaces, ils représentent également un danger pour les navires et la faune aquatique. Une plateforme Web permet depuis peu de dessiner un iceberg de la forme souhaitée afin de comprendre comment celui-ci peut flotter dans l’eau.

Dessine-moi un iceberg !

Il y a quelques jours, nous évoquions la séparation d’un iceberg de la plateforme de glace Brunt en Antarctique. Aussi grand que l’agglomération de Paris avec ses 1 200 km², l’énorme morceau de glace avait commencé à se détacher après l’apparition d’une fissure géante en novembre 2020. En février 2021, nous avions mentionné l’ancien plus grand iceberg du monde qui continue de se fracturer petits morceaux au large de la Géorgie du Sud, une île perdue dans l’océan Atlantique.

Afin d’étudier les icebergs, il faut avant tout connaître leur manière de flotter. Iceberger, une simulation grand public, permet aux utilisateurs de dessiner un iceberg et le soumettre aux lois de la physique. Le site en question est très simple d’utilisation. En effet, il suffit de tracer un trait continu à l’aide de la souris pour obtenir la forme souhaitée.

Voici nos essais :

cornet glace iceberg
Notre cône a eu tendance à basculer avant de se coucher…
Crédits : Iceberger
poisson iceberg
…mais notre poisson n’a eu aucun mal à se stabiliser !
Crédits : Iceberger

Une idée qui ne tient pas du hasard

Le simulateur Iceberger est très rudimentaire et se présente en 2D. Il ne fait donc pas office de preuve scientifique. Selon son développeur Joshua Tauberer, il s’agit simplement d’avoir une idée approximative de la manière dont flotte ce genre de masse. Or, ceci ne dépend pas seulement de sa forme, mais également de sa distribution de masse tridimensionnelle ainsi que de sa densité relative par rapport à l’eau. Néanmoins, il est généralement dit qu’entre 75 et 90 % de la masse d’un iceberg reste immergée et le simulateur semble plutôt respecter cette donnée.

Pour Joshua Tauberer, l’idée de créer Iceberger n’est pas le fruit du hasard. Il s’est en effet inspiré d’un tweet de Megan Thompson-Munson datant du 19 février 2021. Cette glaciologue et climatologue de l’Université du d’état du Colorado à Boulder (États-Unis) avait expliqué pourquoi il est important que les scientifiques représentent fidèlement la stabilité et l’orientation des icebergs dans leurs croquis.

Megan Thompson-Munson a notamment évoqué le fait que de nombreuses photos disponibles sur la toile montrent des icebergs en forme de cornet de crème glacée, dont environ 9/10e se trouvent sous l’eau. Or, si la chercheuse ne remet pas en cause le degré d’immersion, elle conteste la forme des icebergs sur les photos. Le « cône » est en effet une forme instable, si bien qu’il est impossible de le retrouver dans la nature. Un de ses croquis montre davantage le genre de blocs que l’on observe généralement dans la Nature (voir ci-dessous).

croquis iceberg
Crédits : Megan Thompson-Munson / Twitter