Un dessin de lion vieux de 500 ans dans une grotte portoricaine attribué à un esclave africain

dessin lion esclave
Ce dessin rupestre représentant ce qui ressemble à un lion a été réalisé vers 1500 après JC. Les chercheurs pensent qu'il pourrait avoir été réalisé par un Africain emmené comme esclave vers les Amériques. Crédits : A. Acosta-Colón

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié un dessin énigmatique représentant un lion datant d’il y a environ 500 ans au fond d’une grotte à Porto Rico. Cette découverte soulève des questions intrigantes sur l’origine de l’art rupestre et l’histoire cachée de l’île. Les chercheurs pensent que cette représentation pourrait avoir été faite par un esclave africain amené sur l’île par les Espagnols bien avant l’arrivée de Christophe Colomb en 1493.

L’art rupestre de Porto Rico avant les Européens

Porto Rico, une île située dans les Caraïbes, abrite plusieurs dessins rupestres dans certaines de ses grottes. Dans le cadre d’une étude récente, des chercheurs ont utilisé la technique du radiocarbone pour dater ces représentations. Pour ce faire, ils ont prélevé 61 pigments prélevés dans onze grottes différentes de l’île.

Cette méthode a permis de révéler trois phases distinctes de création d’art rupestre. La première phase, datée entre 700 et 400 av. J.-C., consiste en des formes abstraites et géométriques. La deuxième phase, datée entre 200 et 400 de notre ère, présente des dessins simples de corps humains. Enfin, la troisième phase, qui a commencé entre 700 et 800 de notre ère, montre des représentations plus détaillées d’humains et d’animaux.

La phase la plus ancienne est d’une importance cruciale, car elle prouve que les habitants de l’île étaient présents bien avant l’arrivée des Européens. Cet art apporte un éclairage fascinant sur l’histoire cachée de l’île, remettant en question la vision traditionnelle selon laquelle l’histoire de l’île n’a débuté qu’après l’arrivée des colons. Ce n’est cependant pas une surprise. Des recherches récentes ont en effet mis en lumière des restes humains datant de 3 800 ans sur place.

dessin lion esclave art rupestre Porto Rico
Certains dessins se superposent à des dessins antérieurs. Ici, un dessin d’un lézard est superposé à un dessin antérieur du Soleil. Crédits : A. Acosta-Colón
dessin lion esclave art rupestre Porto Rico
Représentation d’une raie pastenague. Crédits : A. Acosta-Colón

Un lion dessiné par un esclave ?

La dernière phase d’art rupestre, qui s’est poursuivie après 1500, coïncide avec la période de colonisation européenne. C’est au cours de cette période que des images de navires, de chevaux et d’autres animaux ont été créées.

L’une des découvertes les plus surprenantes faites à l’intérieur de ces grottes concerne le dessin d’un lion. Et pour cause, cet animal n’a jamais fait partie de la faune indigène de l’île. Ce dessin créé il y a plus de 500 ans soulève donc des questions intrigantes sur son origine et son créateur. Angel Acosta-Colón, le chercheur principal de l’étude, propose une théorie audacieuse : ce lion pourrait avoir été peint par un esclave africain. Ce dernier pourrait avoir vu un lion en Afrique avant d’être emmené à Porto Rico par les Espagnols.

Des archéologues et experts en art rupestre saluent ces découvertes, soulignant l’importance de ces travaux pour comprendre l’histoire et la culture de Porto Rico ainsi que le vaste réservoir de connaissances préservé dans les grottes de la région.