in

Des scientifiques tentent de recréer l’émergence de la vie sur Terre en laboratoire

Crédits : skeeze / Pixabay

En recréant en laboratoire des conditions proches de celles qui seraient probablement observées en cas de collisions entre un astéroïde et la Terre, des scientifiques sont parvenus à générer l’apparition des quatre précurseurs chimiques de l’ARN, une molécule très proche de l’ADN. 

C’est l’une des questions qui nous anime tous : comment la vie est-elle apparue sur Terre ? Une énigme, même si l’une des théories qui prévaut aujourd’hui avance que les molécules organiques et l’eau, soit les ingrédients nécessaires à l’émergence de la vie, ont été amenées sur Terre par des astéroïdes, ou des comètes. Pour tester cette hypothèse, des scientifiques de l’Académie des Sciences de la République Tchèque ont mené une expérience afin de voir si un astéroïde porteur de molécules organiques et d’eau heurtant la Terre pouvait être un événement suffisant pour expliquer l’émergence de la vie.

Pour se faire, les chercheurs ont utilisé un puissant laser pour simuler la collision entre un astéroïde et la Terre, qu’ils ont ensuite tirés vers une sorte de « soupe » composée d’argile et de formamide, une molécule présente sur Terre avant l’apparition de la vie et identifiée dans la queue de certaines comètes. Résultats, une intense pression générée, des températures dépassant les 4200 °C, et l’apparition de rayons X et de rayons ultraviolets. Après analyses, quatre précurseurs chimiques de l’ARN avaient été découverts : l’adénine, la guanine, la cytosine et l’uracile (rappelons que les trois premiers sont également contenus dans l’ADN).Un résultat d’autant plus intéressant que selon plusieurs scientifiques, bien que l’ADN soit aujourd’hui la molécule de la vie sur terre, l’ARN préexistait en réalité à l’ADN, et aurait été la première molécule de l’histoire de la vie capable d’encoder des informations génétiques.

Un résultat intéressant, mais qui ne convainc pas toute la communauté scientifique qui reste perplexe quant à la méthodologie empruntée, certains considérant même que le formamide n’existait pas sur Terre sous forme pure avant l’apparition de la vie. En attendant, c’est la première fois que des travaux visant à recréer l’émergence de la vie en laboratoire parviennent à obtenir ces quatre molécules …

Sources : PNASJournaldelascience

– Illustration : © sdecoret – Fotolia.com