in

Des scientifiques sont à la recherche d’une île disparue dans les Antilles

Crédits : Wikipedia

Une récente étude s’est intéressée à l’éventualité qu’un pont terrestre existait entre l’Amérique du Sud et les Grandes Antilles il y a plus de 30 millions d’années. Ce pont, ou plutôt cette île aujourd’hui disparue aurait permis la migration d’espèces animales.

Un pont terrestre dans les Antilles

Évoquons tout d’abord un premier constat : certains mammifères des Grandes Antilles présentent des ancêtres sud-américains. De ce phénomène découle une hypothèse : le GAARLandia. Il s’agit d’un pont terrestre présent il y a entre 33 et 35 millions d’années. Néanmoins, les données géologiques pouvant expliquer cela manquent car la zone en question se trouve actuellement à au moins un kilomètre de profondeur. Par ailleurs, personne n’avait encore identifié clairement des mécanismes géodynamiques témoignant de l’émergence de ce pont puis de son retour sous les eaux. Néanmoins, les Grandes Antilles contiennent des rongeurs fossiles ressemblant beaucoup à ceux retrouvés par le passé dans les Petites Antilles. Ceci suggérait donc un possible échange entre ces deux zones, dont il fallait apporter les preuves.

Dans une étude publiée dans Plos One le 20 octobre 2020, une équipe transdisciplinaire emmenée par l’Institut des Sciences de l’évolution de Montpellier s’est intéressée à la jonction entre les Grandes Antilles et le nord des Petites Antilles. Ces recherches concernent à la fois la mer et la terre, et regroupent différentes spécialités. Citons la tectonique des plaques, la géophysique et la géologie marine, la géochronologie, la biostratigraphie ainsi que la géodynamique.

«Notre étude met en évidence la façon dont l’évolution géodynamique régionale peut avoir entraîné des changements paléogéographiques qui se reflètent encore dans la biologie actuelle», peut-on lire dans la publication.

Une hypothèse valable

Selon les résultats, les chercheurs ont évoqué un raccourcissement crustal du nord des Antilles. Ceci a conduit à son épaississement, son soulèvement et son émergence. Or, cette émergence semble compatible avec l’hypothèse GAARLandia. Les scientifiques évoquent une île nommée GrANoLA (Grandes Antilles – Petites Antilles du Nord) comparable en taille à celle des Grandes Antilles actuelles. Or, cette île devait exister et permettre la communication entre les Grandes et Petites Antilles.

carte antilles plaque
Crédits : Institut des Sciences de l’évolution de Montpellier / Plos One

Ainsi, cet événement pourrait expliquer un changement important au niveau des plaques tectoniques. Il est question d’une immobilisation de la plaque Caraïbe et d’un changement de direction de la plaque Nord Américaine (du Sud vers l’Est). Néanmoins, malgré cette avancée, les chercheurs ne sont pas encore parvenus à prouver la connexion avec l’Amérique du Sud. Ceux-ci poursuivent leurs recherches afin d’apporter une réponse à cette interrogation.