in

Des scientifiques pêchent un incroyable requin sans peau et sans dents !

Crédits : Université de Cagliari / Journal of Fish Biology

En 2019, au large de la Sardaigne (Italie), des chercheurs péchaient dans un but scientifique. Ils ont alors pêché un requin très particulier. Or, ce spécimen est le seul de son espèce connu pour être totalement dépourvu de structure anatomique reliée à la peau.

Un spécimen très surprenant

Le pristiure à bouche noire (Galeus melastomus ou requin-chat à bouche noire pour les anglophones) est une espèce de requin commune dans le nord-est de l’océan Atlantique, de l’Islande, au Sénégal, mais on la retrouve également en mer Méditerranée. Vivant en marge des continents à des profondeurs variant entre 150 et 1 400 m, ce requin peut atteindre une longueur de cinquante à quatre-vingts centimètres. Or, dans une étude publiée dans le Journal of Fish Biology en juin 2020, des chercheurs ont découvert un spécimen très surprenant.

Selon la publication, des chercheurs de l’Université de Cagliari (Italie) en mission scientifique près de la Sardaigne ont péché un pristiure à bouche noire pas comme les autres. Ce dernier serait le seul spécimen connu de son espèce a être dépourvu de denticules dermiques et de stratum laxum. Il s’agit de couches de tissus supportant habituellement les denticules dermiques. De plus, le requin en question ne possédait aucune dent !

requin pristiure 2
Crédits : Université de Cagliari / Journal of Fish Biology
requin pristiure 3
Crédits : Université de Cagliari / Journal of Fish Biology

Une cause encore inconnue

Cette découverte étonnante l’est d’autant plus que la peau assure généralement des fonctions vitales chez les requins. Citons notamment la sécrétion de mucus ainsi que la défense immunitaire, luttant contre la multiplication de bactéries. Concernant les denticules dermiques, celles-ci sont habituellement en position droite sur la peau du requin et facilitent la nage en générant une diminution du frottement de l’eau. Par contre, l’absence de dents semble en revanche assez peu problématique. En effet, les pristiures à bouche noire ont l’habitude de gober littéralement leurs proies.

Malgré l’absence de ces éléments, le spécimen a été découvert en bonne santé et sans aucun autre problème en lien avec son développement. Cependant, les chercheurs disent ne pas avoir trouvé d’explication à ce phénomène. Il faut dire que les problèmes morphologiques chez les requins sont parfois le fait de la génétique ou d’une exposition prolongée à une pollution chimique. Néanmoins, les chercheurs n’excluent pas une simple curiosité de la nature.

Des animaux incarnant de telles étrangetés du vivant sont régulièrement découverts. En 2016 par exemple, des membres de l’organisation Wild Nature Institute (WNI) ont observé une girafe blanche très rare dans le Parc National de Tanzanie. Cette dernière était atteinte de leucistisme, une anomalie se traduisant par un déficit des cellules pigmentaires.