in

Des “points de basculements” positifs pour inverser l’actuelle tendance du réchauffement climatique ?

Crédits : Wikimedia Commons

En termes de climat et d’environnement, les mauvaises nouvelles sont récurrentes et nombreuses. Toutefois, certains chercheurs tentent de positiver. Ces derniers évoquent des “points de basculements” positifs pouvant aider l’humanité à inverser la tendance. Décarboner la production d’électricité et démocratiser les véhicules zéro émission serait un bon début.

Des “changements transformationnels” nécessaires

Dans le monde anglophone, on utilise de terme “tipping points”, que l’on pourrait traduire par “points de basculements”. Il s’agit d’événements pouvant engendrer un emballement souvent irréversible de la dynamique d’un système. La presse en relaye d’ailleurs très souvent mais il s’agit de points de basculements négatifs, capables de générer des conséquences désastreuses. Un duo de chercheurs de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni) a publié un article dans la revue Climate Policy le 10 janvier 2021. Dans ce document, il est question de points de basculements positifs permettant potentiellement aux humains de contrer l’avancée du réchauffement climatique.

Selon les chercheurs, l’humanité a déjà laissé passer sa chance de lutter progressivement contre le réchauffement climatique. Afin de limiter l’augmentation de la température à moins de 2 °C, nous devrons passer par des “changements transformationnels”. Or, ceci concerne notamment les progrès en matière de production d’électricité, dont la décarbonation devra être quatre fois plus rapide qu’aujourd’hui. Citons également les véhicules à zéro émission, dont le rythme de transition devra doubler.

voiture electrique
Crédits : Geograph.ie

Un nombre réduit d’actions pour d’importants changements

Les scientifiques britanniques donnent leur propre pays en exemple. Celui-ci a en effet réussi à décarboner sa production d’électricité plus rapidement que beaucoup d’autres. Le Royaume-Uni a en effet voté une taxe carbone et a suivi la législation européenne contre le charbon, faisant baisser sa rentabilité face au gaz et aux énergies renouvelables. Ce pays a donc réussi à fermer ses centrales à charbon. Ainsi, un point de basculement positif pourrait alors apparaître lorsque le charbon sera déficitaire et pas seulement moins rentable. Ce genre de mesures semble donc faciliter l’accès – notamment économique – aux énergies renouvelables. Autre exemple cité par les chercheurs : la Norvège. En 2020, plus de 50 % des ventes de voitures neuves étaient des véhicules électriques. Ceci est le résultat d’une politique ayant placé au même niveau le coût de ces véhicules et celui des voitures à moteur thermique.

Pour les chercheurs, un nombre assez réduit d’actions pourrait amener des changements importants à l’échelle mondiale. De plus, les différents secteurs sont connectés entre eux. Par exemple, obtenir une énergie renouvelable moins chère permettrait de diminuer les coûts des moyens de transport durables. Démocratiser les véhicules électriques donnerait l’occasion de réduire les coûts tout en augmentant l’efficacité des batteries. Si la question de leur recyclage reste une problématique importante, de meilleures capacités de stockage permettraient déjà de limiter les déperditions.