in ,

Des papillons de nuit pourraient être utilisés pour larguer des capteurs en pleine forêt !

Crédits : University Of Washington

Des chercheurs étasuniens ont récemment dévoilé un projet surprenant. Ces derniers pensent utiliser des insectes volants tels que des papillons de nuit afin de larguer des capteurs en toute sécurité. Ce dispositif pourrait être très utile pour surveiller des zones difficiles d’accès comme certaines forêts.

Un système ingénieux

Sur Terre, il existe de nombreuses zones impossibles à étudier ou à surveiller. Dans un communiqué publié le 8 octobre 2020, des chercheurs de l’Université de Washington (États-Unis) ont évoqué un nouveau projet. Les experts ont mis au point un minuscule capteur sans fil pesant seulement 98 mg. Celui-ci peut être transporté par des papillons de nuit ou des drones vers les zones à étudier. Une fois sur le sol, le capteur peut collecter des données relatives à la température ou à l’humidité. Par ailleurs, ce type de capteur peut transmettre des données à une vitesse de 33 kb/s sur une distance d’un kilomètre, et ce pendant trois années.

Les meneurs du projet disent s’être intéressés à des insectes comme les fourmis. En effet, ces dernières peuvent survivre à des chutes de plusieurs centaines de mètres ! Or, le faible poids du capteur autorise une chute de 22 mètres sans encombre. Évoquons le fait que le capteur s’attache à un papillon de nuit (ou un petit drone) à l’aide d’un système d’aimant et de bobine électrique. Quant au largage du capteur, celui-ci se fait via le Bluetooth au moyen d’un courant électrique traversant la bobine. Ensuite, le champ magnétique repousse le capteur et donc, le largue.

papillon nuit capteur 2
Crédits : University Of Washington

Un prototype encourageant

En ce qui concerne le choix entre le papillon de nuit et le drone, les chercheurs privilégient la première solution. En effet, les papillons de nuit ont l’avantage de voir plus loin et de pouvoir pénétrer dans des espaces plus réduits. Par ailleurs, de précédentes études ont montré qu’il était possible de diriger des insectes à l’aide d’impulsions électriques. Ainsi, les chercheurs pensent pouvoir déployer de nombreux capteurs afin d’obtenir des réseaux. Selon eux, il pourrait s’agir d’étudier et surveiller efficacement les forêts. Il peut être également question de surveiller des fermes.

Évidemment, le dispositif en est encore au stade du prototype. Il reste donc plusieurs étapes à franchir afin de bénéficier d’un produit prêt à la commercialisation. Le prochaine objectif des chercheurs est de mettre au point un système de récupération des capteurs. En effet, il faudra bien les récupérer lorsque leur batterie sera épuisée. Par ailleurs, il est question de remplacer la pile par une cellule photovoltaïque et obtenir un système de largage totalement autonome.