in

Des paléontologues créent le modèle 3D du cerveau d’un “dinosaure blindé” !

Crédits : Université de Saint-Pétersbourg / Biological Communications

Des chercheurs russes ont effectué une reconstruction virtuelle du cerveau d’un dinosaure ressemblant à l’époque à un gros tatou. Il est davantage question d’un endocaste, c’est-à-dire le moulage interne d’un espace creux, ici d’une voûte crânienne. Or, cette technique est utilisée pour l’étude du développement du cerveau.

Un moulage virtuel du cerveau

L’espèce Bissektipelta archibaldi est une espèce de dinosaure ayant probablement vécu il y a environ 90 millions d’années. Dans les années 1990 jusqu’au début des années 2000, des fouilles près de Dzharakuduk (Ouzbékistan) ont permis de retrouver de nombreux fossiles de ce dinosaure. Ces derniers ont été longtemps conservés à l’Institut zoologique de l’Académie russe des sciences avant de finir à l’Université de Saint-Pétersbourg.

Dans une publication dans la revue Biological Communications du 5 juin 2020, les chercheurs russes ont expliqué leur travaux. Après avoir scanné les différents fossiles de Bissektipelta archibaldi, les paléontologues ont réalisé un moulage virtuel de la cavité interne du crâne. Il s’agit d’un endocaste, permettant d’obtenir des informations sur les parties interne et externe du cerveau de cette animal disparu, un “dinosaure blindé” ressemblant à un gros tatou.

Après cela, les meneurs de l’étude ont travaillé durant trois années à la modélisation de l’intérieur de la boîte crânienne. Or, ces derniers se sont basés sur plusieurs indices. Il s’agit des orifices et autres empreintes faites sur la face interne de la calotte osseuse du crâne par les vaisseaux, les nerfs ainsi que les hémisphères cérébraux.

cerveau dinosaure
Crédits : Université de Saint-Pétersbourg / Biological Communications

Un sens de l’odorat très développé

Le premier constat effectué par les chercheurs russes concerne la taille du cerveau. En effet, ce dernier est minuscule puisqu’il est question d’une masse de seulement 26,5 grammes pour un diamètre d’environ cinq centimètres. Or, rappelons tout de même que le Bissektipelta archibaldi pouvait mesurer jusqu’à trois mètres de long.

Par ailleurs, les scientifiques ont estimé que les hémisphères cérébraux étaient constitués de bulbes olfactifs à hauteur de 60 %. Ainsi, l’animal avait un très bon sens de l’odorat et cela a sans doute permis de l’aider à se nourrir, s’accoupler et éviter certains prédateurs. Un autre dinosaure avait sûrement des capacités plus performantes encore : le tyrannosaure. En effet, les bulbes olfactifs occupaient 65 à 70% de ses hémisphères cérébraux.

Les meneurs de l’étude ont également indiqué avoir observé l’oreille interne du dinosaure. Or, ce dernier avait des capacités auditives proches de celles du crocodile. Le Bissektipelta archibaldi entendait dans une gamme de fréquences entre 300 et 3 000 hertz. Enfin, évoquons également une autre caractéristique rapprochant le Bissektipelta du tyrannosaure : un important réseau de veines et d’artères. Il s’agit d’un système circulatoire à courant croisé également présent chez certains reptiles comme les crocodiles, serpents et autres lézards. Or, ce système servait à répartir la chaleur dans le corps de l’animal.