in

Des paléontologues annoncent la découverte d’un fossile de grenouille en Antarctique

Crédits : Musée suédois d'histoire naturelle/Wikimedia Commons

Une équipe de paléontologues annonce avoir identifié le premier fossile de grenouille de l’Antarctique vieux de 40 millions d’années. L’amphibien évoluait à l’époque dans un climat beaucoup plus chaud et humide.

Il y a quelques semaines, l’analyse d’une carotte de sédiments forée à l’ouest de l’Antarctique a révélé la présence de pollens, de spores et de racines. Cela suggère la présence d’une forêt tropicale prospérant dans la région il y a 90 millions d’années. Une nouvelle découverte vient témoigner de ce passé plus chaud et humide. Des paléontologues ont en effet identifié les ossements d’une grenouille vieille de 40 millions d’années dans des sédiments prélevés sur l’île Seymour, près de la pointe de la péninsule Antarctique.

Une grenouille “familière”

Des restes d’amphibiens géants évoluant en Antarctique il y a plus de 200 millions d’années ont déjà été retrouvés. Cependant, aucun ne présentait à ce jour une ligne d’évolution aussi directe menant aux amphibiens modernes.

Or, c’est bien ce qui caractérise cette grenouille. L’analyse des restes de son crâne et de son ilium (une des trois portions qui constituent l’os iliaque, au niveau de la hanche) laisse en effet à penser que cette petite créature appartenait à la famille des Calyptocephalellidae, ou grenouilles casquées. Elles fréquentent encore aujourd’hui les forêts humides et tempérées du Chili.

D’après les chercheurs, cela suggère que des conditions climatiques similaires existaient en Antarctique il y a environ 40 millions d’années.

grenouille
Il y a 40 millions d’années, au moins une partie de l’Antarctique ressemblait beaucoup aux Andes chiliennes modernes. Crédits : Musée suédois d’histoire naturelle/Wikimedia Commons

Retracer l’histoire de l’Antarctique

Cette nouvelle découverte permet également aux chercheurs de mieux appréhender le passé de ce continent glacé.

Si nous savons en effet que l’Antarctique a rapidement gelé après sa séparation de l’Australie et de l’Amérique du Sud qui faisaient autrefois partie du supercontinent Gondwana, certaines preuves géologiques laissent à penser que les calottes glaciaires ont commencé à se former avant que l’Antarctique ne se sépare complètement des autres continents il y a environ 34 millions d’années.

La question est maintenant de savoir à quel moment s’est entamé ce processus. Ce que nous dit aujourd’hui cette grenouille, c’est qu’il y a 40 millions d’années, l’Antarctique proposait encore un habitat convenable pour les animaux à sang froid comme les reptiles et les amphibiens, au moins autour de la péninsule”, conclut Thomas Mörs. Le chercheur estime que les températures moyennes mensuelles les plus élevées de l’Antarctique à cette époque auraient été d’environ 13°C.

Source