in

Des ingrédients essentiels à la vie pourraient atteindre l’océan souterrain d’Europe

europe astéroïdes
Crédit : NASA/JPL-Caltech

Selon une nouvelle étude, les impacts de comètes sur Europe, l’une des lunes de Jupiter, pourraient aider à transporter des ingrédients essentiels à la vie depuis sa surface vers son océan souterrain d’eau liquide.

Avec Mars, Encelade et Ganymède, Europe figure sur la liste des objets du système solaire susceptibles d’abriter une forme de vie extraterrestre. Et pour cause, nous savons que la lune abrite un gigantesque océan souterrain salé, probablement riche en oxygène et possiblement en contact avec son noyau rocheux. En théorie, une telle configuration pourrait donner lieu à des réactions chimiques complexes susceptibles de conduire à l’apparition de la vie.

Malheureusement, nous savons que cet océan évolue sous plusieurs dizaines de kilomètres de glace, ce qui pourrait limiter les transferts de matériaux entre la surface et l’eau liquide. Du moins, c’est ce que nous pensions. D’après une récente étude publiée dans les Geophysical Research Letters, les ingrédients nécessaires à la vie telle que nous la connaissons pourraient en effet tout de même se frayer un chemin à travers la glace pour finalement atteindre l’océan.

Des échanges constants

Une caractéristique importante que nous observons à la surface de la coquille glacée d’Europe est la présence de cratères d’impacts très variés. Les chercheurs ont déjà considéré ces impacts de comètes ou d’astéroïdes comme moyen de transporter des oxydants sur Europe, mais ils ont toujours supposé que ces frappes devaient traverser la glace. Or, ce n’est pas le cas : ces impacts creusent, mais ne pénètrent pas totalement la coquille de glace.

jupiter europe
La lune Europe photographiée par la sonde Juno le 29 septembre 2022. Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Björn Jónsson

Dans le cadre de ces travaux, de nouveaux modèles développés par des chercheurs de l’Université du Texas, à Austin, montrent que si la profondeur de la cavité transitoire dépasse la moitié de l’épaisseur de la coquille de glace, alors plus de 40 % de la fonte de l’impact s’écoulera dans l’océan sous-jacent. De cette manière, les oxydants de surface (une classe de produits chimiques nécessaires à la vie) pourraient aider à maintenir toute vie potentielle dans les eaux souterraines.

« Nous constatons que de nombreux impacts sur la coquille de glace d’Europe peuvent générer de grandes chambres de fonte qui se déversent ensuite rapidement dans l’océan sous-jacent« , résument les auteurs. « Ce drainage de fonte se produit avec tous les matériaux de surface entraînés et fournit un moyen d’échange constant entre la surface et l’océan, ce qui augmente probablement l’habitabilité des océans internes« .

Pour l’heure, ces résultats ne s’appuient que sur des modèles et le meilleur moyen d’en avoir le cœur net serait de se rendre sur place. Et cela tombe plutôt bien puisque deux sondes (l’une américaine, l’autre européenne) sont en cours de développement.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.