in

Des infrastructures pré-Inca pour sauver Lima de la sécheresse

Crédits : iStock

La compagnie des eaux de Lima au Pérou compte faire revivre un système hydraulique pré-incas pour récupérer l’eau des rivières qui descendent des Andes et ainsi irriguer l’une des plus grandes villes désertiques au monde.

On les appelle des amunas. Ces structures vieilles de 1 500 ans avaient été imaginées par le peuple pré-inca Huari dans le but de conserver l’eau des montagnes lors de la saison des pluies grâce à un système de bassins et de canaux très élaboré pour pallier la sécheresse et faire remonter l’eau à la surface des semaines ou des mois plus tard. Lima, la plus grande ville en milieu désertique après Le Caire souffre actuellement de manque d’eau à cause du réchauffement climatique. Celui-ci fait régulièrement rétrécir les glaciers qui alimentent habituellement les rivières d’où provient l’eau du robinet de Lima.

« L’idée est de construire un ‘timelag’ dans le système hydrologique, ce qui retarde le ruissellement des eaux pendant des semaines ou même des mois« , explique Bert De Bièvre un hydrologue de l’ONG Condesan derrière le projet. Les chercheurs suggèrent de refaire les joints des amunas, tombés en ruine depuis longtemps, afin de réutiliser les canaux souterrains en pierre.

Pendant sept mois de l’année, les habitants de Lima font face à une véritable pénurie d’eau, mais le reste du temps les rivières qui traversent la ville causent régulièrement des inondations et des glissements de terrain. Là encore, les amunas auraient un rôle à jouer puisqu’en vidant progressivement l’eau des bassins de montagne, cela évitera que les rivières sortent de leur lit et inondent la ville.

D’après une étude de Bert De Bièvre et Gena Gammie, une spécialiste de l’ONG Forest Trends, réactiver 50 amunas suffirait à augmenter les ressources en eau de 26 millions de mètres cubes et réduire le déficit en eau jusqu’à 60% pendant la saison sèche. Force est donc de constater que, malgré toute la technologie dont nous disposons, le système hydraulique ingénieux du peuple Hari soit la solution aux problèmes dont nous faisons face aujourd’hui.

>> Accéder à l’étude

Source : Slate

– Illustration : Un amuna tiré de l’étude