in

Des greffes de selles pour calmer les symptômes de l’autisme ?

Crédits : MaxPixel / Domaine Public

Transformer le microbiome intestinal d’enfants autistes pourrait considérablement réduire la sévérité des symptômes de la maladie, révèle une étude publiée dans Scientific Reports.

De nombreuses recherches ont relevé que le simple fait de modifier la communauté microbienne à l’œuvre dans les intestins pouvait avoir des effets bénéfiques pour la santé. Mais peut-il y avoir des effets positifs sur les troubles neurologiques ? Possible. Une récente étude suggère effectivement qu’un traitement par greffe de selles chez les enfants atteints d’autisme entraîne non seulement moins de problèmes intestinaux, mais semble également permettre une amélioration continue des symptômes liés à la maladie. Et ce jusqu’à deux ans après la procédure. Mais pourquoi les intestins ?

Nous savons que l’autisme entraîne des troubles du comportement. Habileté sociale, communication, problèmes sensoriels ou du contrôle moteur, par exemple. Mais notons également que jusqu’à la moitié des personnes atteintes de TSA souffrent de problèmes intestinaux. Nous savons qu’il existe une relation complexe entre le cerveau et les intestins. Chez de nombreuses personnes, traiter les problèmes gastro-intestinaux permet bien souvent, par exemple, d’améliorer leur humeur. D’où l’intérêt de cette étude.

Confirmer les résultats

Des chercheurs américains de l’Arizona State University avaient déjà souligné en 2017 qu’une greffe de microflore intestinale saine entraînait une atténuation des symptômes associés au trouble du spectre de l’autisme (TSA). L’étude avait été menée sur plusieurs enfants, mais beaucoup étaient encore perplexes. En ce sens, la même équipe a décidé de rappeler ces mêmes sujets quelques mois plus tard, pour évaluer les résultats dans le temps. Et ces derniers sont encore très bons.

« Dans notre article original de 2017, nous avons signalé une augmentation de la diversité intestinale ainsi que des bactéries bénéfiques après la thérapie de transfert du microbiote. Après deux ans, nous avons observé une diversité encore plus grande, et la présence de microbes bénéfiques est restée », peut-on lire dans l’étude.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont personnalisé les transplantations de microflore intestinale de 18 enfants âgés de 7 à 16 ans. Tous avaient à la fois un diagnostic d’autisme et des problèmes gastro-intestinaux modérés à graves. Un second groupe de 20 sujets témoins équivalents qui ne présentaient aucun de ces symptômes a également été recruté. Les deux groupes ont été traités pendant 10 semaines. Et chaque enfant a ensuite été suivi pendant 8 semaines supplémentaires.

intestins
Une greffe de selles permet une recomposition de la flore intestinale. Crédits : Pixabay

La gravité des TSA réduite de 47 %

Il y a deux ans, l’étude avait ressorti que les enfants concernés bénéficiaient d’une réduction de 80 % de leurs symptômes gastro-intestinaux. Deux ans après, les participants présentaient toujours une réduction moyenne de 58 % de ces mêmes symptômes par rapport au niveau initial. Les chercheurs ont également souligné des améliorations significatives aux tests permettant les diagnostics de TSA. Et deux ans plus tard, ces mêmes tests indiquent que les conditions ne font que s’améliorer. La gravité des traits de TSA aurait été réduite de 47 % par rapport au niveau de référence.

La thérapie semble fonctionner (atténuation des symptômes) et n’entraîne aucun effet secondaire. En ce sens, elle mérite qu’on y accorde une attention toute particulière. Les greffes de selles peuvent sembler un peu grossières, certes, mais elles font de plus en plus leurs preuves. Nos intestins sont comme un “deuxième cerveau” dont il faut prendre soin.

Source

Articles liés :

Mars : Voyager dans l’espace pourrait endommager les intestins

L’homme qui produisait “de la bière” dans ses intestins

Les enfants vaccinés contre la rougeole ne courent pas un risque accru d’autisme