in

Des fossiles de 300 millions d’années déformés par la formation de la Pangée

fossiles Keraterpeton pangée
L'un des fossiles déformés de Keraterpeton. Crédit : Trinity Colge Dublin/Ó Gogáin et al

Des fossiles découverts il y a plus d’un siècle en Irlande ont probablement été déformés par des fluides surchauffés il y a environ 300 millions d’années. Ces fluides auraient été libérés lorsque les anciens continents de la Terre sont entrés en collision pour former la Pangée. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Paleontology.

D’étranges fossiles de « dragons »

Ces fossiles vieux de 320 millions d’années (époque du Carbonifèrere) sont essentiellement constitués par un groupe de créatures tétrapodes ressemblant à des amphibiens du genre Keraterpeton. Découverts en 1866 sur un site fossilifère du comté de Kilkenny, dans le sud de l’Irlande, ces animaux qui auraient pu tenir dans la paume de votre main ressemblaient à des sortes de salamandres munies de cornes pointues.

De manière un peu étrange, tous ces restes ont visiblement été déformés, tandis que de grandes sections d’entre eux ont été remplacées par du charbon environnant. Les fossiles contiennent également une quantité inhabituellement élevée de cristaux d’apatite ou de minéraux phosphatés. On les retrouve dans les os de la plupart des animaux, ainsi que dans de nombreuses roches volcaniques.

Pour expliquer toutes ces caractéristiques, on a longtemps pensé que ces fossiles avaient été enterrés dans un sol acide. Ce sol aurait alors dissous la plupart des os et permis au charbon de prendre leur place. Une nouvelle étude remet en doute cette hypothèse. Après analyse, il semblerait en effet que l’apatite dans les os se soit probablement formée vingt millions d’années après la mort de ces créatures. Cette observation implique donc une autre explication.

Formation de la Pangée

La croûte et la partie supérieure du manteau terrestre forment des plaques tectoniques qui flottent au sommet de la roche en fusion du manteau moyen. Au cours des derniers milliards d’années, les continents ont ainsi été déplacés à travers le monde au gré des mouvements des plaques tectoniques qui glissent, s’écrasent ou se chevauchent entre elles. Ici, la formation de l’apatite semble correspondre avec la formation du dernier supercontinent de la Terre : la célèbre Pangée.

Les chercheurs pensent plus précisément que l’apatite contenue dans les fossiles provient probablement de fluides surchauffés qui ont été libérés lors de ce processus.

pangée
Une illustration de la Pangée il y a environ 300 millions d’années. Crédit : Rainer Lesniewski

« Lorsque ces continents sont entrés en collision, ils ont formé des ceintures de montagnes avec des fluides souterrains surchauffés qui s’en écoulaient« , souligne Aodhán Ó Gogáin, de l’University College Dublin. « Ce sont ces fluides surchauffés, qui ont circulé dans toute l’Irlande, qui ont cuit et fait fondre les os de ces fossiles provoquant l’altération que nous voyons aujourd’hui.« 

L’équipe, qui a enfin réglé la question de l’origine de ces fossiles de « dragons irlandais », espère que ces découvertes pourront également être utilisées pour en savoir plus sur la formation de la Pangée.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.