in

Des dinosaures jusqu’aux temps modernes, comment les mygales ont conquis le monde

Mygale à genoux rouges (brachypelma smithi). Crédits : Jiel Beaumadier

Une nouvelle étude suggère que les premières mygales sont apparues entre les pattes des dinosaures il y a environ 120 millions d’années. Elles se sont ensuite lentement répandues à travers le monde à la faveur de la dérive des continents.

Les mygales forment le sous-ordre des Mygalomorphae qui compte actuellement quinze familles, 321 genres et 2 651 espèces. Vous les retrouverez partout sauf en Antarctique, des continents américains en Afrique, en passant par l’Asie et l’Europe et l’Océanie. Mais une question taraude les chercheurs depuis longtemps : comment se sont-elles autant répandues ?

Les femelles et les plus jeunes quittent en effet rarement leurs terriers, tandis que les mâles matures ne voyagent que lorsqu’ils recherchent un partenaire. Ces comportements en font donc des animaux plutôt “casaniers”.

Remonter le temps

Dans le cadre d’une étude récente, une équipe s’est de nouveau penchée sur les origines des mygales, développant un arbre généalogique de ces araignées. Pour ce faire, ils se sont appuyés sur les bases de données existantes de transcriptomes d’araignées, la partie codant pour les protéines du génome trouvées dans acide ribonucléique ou ARN.

Une fois cet arbre créé, ils l’ont calibré sur une chronologie de fossiles pour estimer quand et où les mygales étaient apparues avant de se disperser.

En revanche, il n’y a que deux fossiles de mygales connus, tous deux conservés dans l’ambre : l’un, vieux de 16 millions d’années, a été retrouvé du Mexique; l’autre, vieux de 100 millions d’années, a été retrouvé au Myanmar. Aussi, parce que ces fossiles sont si rares, les chercheurs ont également collecté des données sur des mygalomorphes apparentés qui sont mieux représentés dans les archives.

mygales
Lasiodora parahybana, une araignée mygalomorphe du Brésil. Crédits : George Chernilevsky

Une dispersion lente, mais efficace des mygales

À partir de ces travaux, les scientifiques ont estimé que les mygales sont apparues pour la première fois il y a environ 120 millions d’années dans ce que sont maintenant les Amériques.

En revanche, à l’époque, ces régions s’intégraient dans l’énorme supercontinent Gondwana. Aussi, les ancêtres des mygales d’aujourd’hui se sont ensuite répandus à travers les masses continentales, se dispersant des Amériques vers l’Afrique et l’Australie il y a entre environ 112 et 108 millions d’années, puis vers l’Inde il y a environ 95 millions d’années.

Puis, suite la rupture du Gondwana, l’Inde s’est séparée de Madagascar il y a entre 95 millions et 84 millions d’années, pour finalement entrer en collision avec l’Asie il y a entre 58 millions et 35 millions d’années, libérant au passage quelques mygales sur le continent.

À cet instant, les auteurs indiquent que les mygales indiennes avaient déjà divergé en deux lignées avec des modes de vie différents : un groupe avait épousé la vie dans les arbres, quand l’autre préférait vivre sous terre. Les deux lignées se sont finalement répandues en Asie, mais le groupe arboricole (Ornithoctoninae) l’a fait environ 20 millions d’années après leurs cousins ​​fouisseurs.

Cette seconde vague de dispersion en Asie suggère que ces araignées ont pu remplir des niches écologiques et s’adapter à de nouveaux habitats plus efficacement qu’on ne le pensait, bien aidées par la dérive des continents. C’est ainsi, d’après cette étude, que les mygales ont conquis le monde.