in ,

Des chercheurs tentent de reproduire la recette de la vie sur Terre, pour la reconnaître sur d’autres planètes

Crédits : iStock

Des chercheurs tentent de recréer en laboratoire les ingrédients nécessaires à l’apparition de la vie autour des évents hydrothermaux. Les résultats de cette étude pourraient nous permettre de comprendre la manière dont la vie est apparue sur Terre. Ils pourraient également permettre d’orienter nos recherches sur d’autres lunes et planètes.

Les origines de la vie sur Terre

La manière dont la vie est apparue sur Terre est l’un des plus grands mystères de notre temps. Nous pouvons remonter l’horloge biologique très tôt, mais l’instant T nous échappe. Nous n’arrivons pas à comprendre – encore aujourd’hui – comment passer d’une matière non vivante à une matière vivante. Cette question fondamentale a fait l’objet de nombreuses études au cours de ces dernières décennies. L’expérience de Miller, menée dans les années 50, est la plus connue. Mais faute de réponses claires et définitives, les recherches se poursuivent. L’une d’elles, conduite par une chercheuse de la NASA, se concentre sur les cheminées hydrothermales situées au fond des océans.

Ces environnements sombres et chauds, alimentés par l’énergie chimique de la Terre, ont en effet peut-être été le théâtre de l’apparition du vivant, il y a plusieurs milliards d’années. Pour tenter de le savoir, l’astrobiologiste Laurie Barge et son équipe du Jet Propulsion Laboratory à Pasadena, en Californie, s’emploient à recréer en laboratoire les conditions régnant autour de ces évents il y a environ 4 milliards d’années. L’idée : développer des acides aminés, ces composés organiques essentiels à la vie telle que nous la connaissons.

vie cheminée hydrothermale
Une cheminée hydrothermale dans l’océan Atlantique. Crédits : Wikipédia

Suivre la recette

Pour tenter de comprendre les origines du vivant, les chercheurs ont donc suivi une recette, que l’on suppose être possiblement la bonne. C’est un peu comme en cuisine, sauf qu’au lieu de mettre de l’ail et des oignons, vous incorporez dans votre petit récipient les ingrédients retrouvés couramment dans les premiers océans de la Terre. Les chercheurs ont ainsi combiné de l’eau, des minéraux et des molécules “précurseurs” – de l’acide pyruvique et de l’ammoniac, nécessaires au démarrage de la formation d’acides aminés.

Une fois les ingrédients incorporés, les chercheurs ont ensuite placé leur mixture au four. Autrement dit, ils ont chauffé la solution à 70 °C (la même température retrouvée à proximité d’un évent hydrothermal). Ils ont ensuite ajusté le pH pour imiter l’environnement alcalin également ressenti à l’époque. Il a également fallu éliminer l’oxygène de la recette (il y en avait très peu dans les océans il y a 4 milliards d’années), et incorporer de l’hydroxyde de fer minéral, ou “rouille verte”, abondant à l’époque.

Résultat, pour faire simple : les chercheurs ont réussi à produire de l’acide aminé alanine et de l’alpha -hydroxy-acide. Selon les théories en vigueur, ces molécules organiques pourraient effectivement se combiner pour former des molécules plus complexes, qui elles-mêmes pourraient conduire à l’apparition de la vie. « Nous avons montré que dans des conditions géologiques similaires à celles de la Terre primitive, et peut-être à d’autres planètes, nous pouvons former des acides aminés et des acides alpha-hydroxylés à partir d’une simple réaction dans des conditions douces qui auraient existé sur le fond marin », explique la chercheuse.

Reconnaître le potentiel de vie sur d’autres planètes

On n’en est pas encore à répondre à la grande question, mais c’est un nouveau pas franchi. Et, au-delà de nous aider à comprendre comment la vie est apparue sur Terre, cette recherche présente également des intérêts en matière d’exobiologie. Nous savons en effet que les lunes Europe et Encelade (Jupiter et Saturne) pourraient abriter des cheminées hydrothermales au fond de leurs océans souterrains. « Nous n’avons pas encore de preuves concrètes de la vie existe ailleurs, note la chercheuse. Mais comprendre les conditions nécessaires à l’origine de la vie peut aider à circonscrire les endroits où nous pensons que la vie pourrait exister ».

Savoir où chercher reste en effet une donnée primordiale si vous souhaitez partir à la recherche d’une vie extraterrestre. Appréhender la manière dont la vie pourrait émerger sans forcément nécessiter de lumière solaire permettrait alors de penser et concevoir de futures missions d’exploration beaucoup plus précises, et mieux préparées.

Source

Articles liés :

Il y a 2,1 milliards d’années, la vie était déjà en mouvement

Rosalind Franklin, le rover de l’ESA qui cherchera des preuves de vie sur Mars

Comment la vie a rebondi sur la “Terre boule de neige”