in ,

Des chercheurs sont parvenus à créer une bactérie mangeuse de CO2 !

Crédits : Public Domain Files

Des chercheurs israéliens affirment avoir développé une bactérie Escherichia coli mangeuse de CO2. Celle-ci est effectivement capable de se nourrir de dioxyde de carbone mais ceci ne servira malheureusement à rien (ou presque) dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Une bactérie mangeuse de CO2

Dans leur étude publiée le 27 novembre 2019 dans la revue Cell, une équipe de l’Institut Weizmann des Sciences (Israël) évoque une bactérie mangeuse de CO2. Les chercheurs indiquent avoir obtenu une bactérie Escherichia coli (E. coli) capable de se nourrir de dioxyde de carbone et produire du carbone organique.

Malheureusement, cette nouvelle E. coli ne permettra pas de sauver la planète. En effet, cette dernière rejette plus de CO2 qu’elle n’en consomme. Or, il s’agit d’une mauvaise nouvelle, surtout que nous savons depuis peu que la quantité de gaz à effet de serre (GES) n’a jamais été aussi élevée sur Terre depuis l’apparition de l’Homme.

bactérie E.coli
Une Escherichia coli modifiée s’est montrée capable de se nourrir de CO2 !
Crédits : Flickr / NIAID

Pas tout à fait inutile

Toutefois, les scientifiques estiment que le carbone organique issu de la bactérie pourrait être utile. Il serait alors question de produire du carburant ou encore des aliments avec des rejets de CO2 moins élevés que les procédés actuels. De plus, l’E. coli se multiplie très vite, à raison du double de la quantité en seulement 20 minutes selon les chercheurs.

Dans leur laboratoire, les scientifiques ont manipulé génétiquement les bactéries (11 gènes modifiés). Toutefois, cela n’a pas suffit à ce que celles-ci choisissent de consommer du CO2 plutôt que du sucre. Ainsi, les chercheurs ont cultivé plusieurs générations d’E. coli en limitant chaque fois un peu plus l’apport en sucre. Surtout, les bactéries ont été exposées à des concentrations de CO2 jusqu’à 250 fois plus importantes que sur Terre ! Au bout de quelques mois, les E. coli sont à terme devenues de véritables dévoreuses de CO2.

Généralement connue pour les maladies qu’elle peut provoquer ainsi que pour sa résistance aux antibiotiques, l’E. coli fait parfois parler d’elle dans le cadre de recherches intéressantes. Il y a quelques mois, des chercheurs britanniques sont parvenus à remplacer complètement les gènes de E.coli après 15 années d’efforts. Autrement dit, les scientifiques ont obtenu une version artificielle complète de la bactérie, comportant le total record de quatre millions de paires de bases !

Source

Articles liés :

Les bactéries résistantes pourraient-elles nettoyer la nature des rejets humains d’antibiotiques ?

Les surfeurs seraient plus exposés aux bactéries résistantes aux antibiotiques

La liste des 12 superbactéries résistantes aux antibiotiques qui inquiète l’OMS