in

Des chercheurs ont pour la première fois imprimé des cornées en 3D

Crédits : Pixabay / tookapic

Une équipe de chercheurs britanniques annonce avoir produit les premières cornées humaines imprimées en 3D grâce à des cellules souches. Une véritable prouesse qui pourrait potentiellement sauver des millions de personnes de la cécité.

La cornée, un tissu transparent qui recouvre l’iris et la pupille, nous est essentielle. C’est à travers elle que passe la lumière qui est ensuite transmise au cristallin et à la rétine. Elle protège également nos yeux du monde extérieur. Malheureusement, nos cornées ne sont pas infaillibles. Il arrive parfois – suite à une infection, un traumatisme ou une inflammation – que celles-ci se détériorent, provoquant une cécité partielle ou complète. Les greffes de cornée permettent aux patients de retrouver une vision correcte, mais il n’y en n’a pas pour tout le monde. L’idéal serait alors de créer des cornées directement en laboratoire. Et c’est exactement ce que viennent de faire des chercheurs de l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni.

Les scientifiques ont ici utilisé les cellules souches de la cornée d’un donneur sain et les ont mixées avec de l’alginate et du collagène. Ce mélange a servi à créer une “bio-encre”. Celle-ci ensuite a été utilisée dans une imprimante 3D et a permis de réaliser des cornées. «Notre gel permet de garder les cellules souches en vie tout en produisant un matériau assez solide pour qu’il garde sa forme et suffisamment souple pour qu’il puisse passer à travers l’embout d’une imprimante 3D», explique Che Connon, principal auteur de cette étude. La structure doit également être capable de permettre la croissance de cellules stromales cornéennes humaines (tissu conjonctif), prélevées sur un donneur. La technologie 3D leur permet, en plus d’adapter la forme et la taille de la cornée à l’œil du patient. Le processus d’impression n’aura duré que 10 minutes, peut-on lire dans Experimental Eye Research.

Auparavant, la même équipe avait utilisé un hydrogel similaire pour maintenir les cellules souches en vie pendant des semaines à température ambiante. Transférées ensuite sur une cornée imprimée, les cellules sont restées viables à 83% après une semaine entière. Les chercheurs soulignent qu’il faudra des années avant que la technique puisse être perfectionnée et étendue. Cela dit, c’est un premier pas incroyable qui pourrait mener à un approvisionnement illimité de cornées dans le monde entier dans les prochaines années.

Source