in

Des chercheurs “marquent” un requin avec une gigantesque cicatrice sur la tête

Crédits : Ocearch

Des chercheurs du projet OCEARCH ont récemment publié une photo d’un grand requin blanc de près de quatre mètres, dont la tête semble avoir été mordue par un rival encore plus imposant.

L’océan peut être le théâtre d’affrontements très violents. En témoigne une récente photo publiée sur la page Facebook du projet OCEARCH. Les chercheurs expliquent avoir capturé, marqué puis relâché un grand requin blanc de près d’une demi-tonne au large de la Pennsylvanie et du Connecticut, qui présentait une énorme cicatrice sur le crâne. Le résultat, disent-ils, d’un affrontement avec un autre spécimen encore plus grand. Probablement pour une partenaire.

« Nous savons que les accouplements des requins sont très violents. Ils se mordent la tête, ce n’est pas nouveau. Ça fait parti de leur vie de tous les jours », écrivent les chercheurs.

White sharks live in a tough world. Need proof? Check out white shark Vimy’s head. He appears to have two big bite marks…

Publiée par OCEARCH sur Lundi 14 octobre 2019

Des blessures qui guérissent vite

Le requin, baptisé Vimy, présentait en réalité deux grandes marques de morsures. L’une d’elles était déjà cicatrisée. Elle datait probablement de l’année précédente. Mais l’autre était encore fraîche. Si Vimy mesure un peu moins de quatre mètres de long, pour les chercheurs, son adversaire devait être plus gros d’au moins un mètre. Rappelons que certains spécimens de cette espèce peuvent atteindre les six mètres de long. Voire un peu plus.

Il est par ailleurs utile de souligner que certains requins n’hésitent à en manger d’autres. Les grands blancs, les requins-taureaux ou les requins-tigres s’attaquent en effet assez souvent à des spécimens plus petits. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreuses espèces privilégient des zones de croissance dans des eaux peu profondes. Cela leur permet de rester à l’abri des plus gros requins, le temps de prendre un peu de poids.

En dépit de ces marques très impressionnantes les chercheurs soulignent que l’animal ne souffre probablement pas. Ils rappellent également que les blessures de requins cicatrisent très rapidement.

Comme expliqué plus haut, ce requin a depuis été relâché dans les eaux atlantiques. OCEARCH est une organisation qui recueille en effet des données sur les grands prédateurs océaniques. Tels que les grands blancs, les orques, les dauphins ou les phoques. Depuis sa première expédition en 2007, plus de 400 animaux ont pu être marqués. Un outil en ligne permet également de suivre les mouvements de Vimy.

Source

Articles liés :

Les restes d’un requin vieux de 370 millions d’années découverts

Que se passerait-il si les requins disparaissaient des océans ?

Un mystérieux requin des profondeurs a été filmé dans son habitat naturel