in ,

Des chercheurs dévoilent un micro-robot pour davantage de précision en « chirurgie mini-invasive » !

robot chirurgie mini-invasive
Crédits : The Harvard Gazette

La chirurgie mini-invasive a pour objectif d’opérer un patient sans occasionner d’importantes cicatrices et autres dommages indésirables. Des chercheurs ont récemment dévoilé un micro-robot comportant un laser dont le diamètre est aussi réduit que celui d’une simple paille !

Un nouvel appareil pour la chirurgie mini-invasive

Les techniques classiques de chirurgie font naturellement appel à l’utilisation d’un scalpel. Néanmoins, la taille des cicatrices et les dommages potentiels sont aujourd’hui de moins en moins acceptables. Depuis quelque temps, certains praticiens ont recours à la chirurgie mini-invasive. Celle-ci permet d’effectuer des mini-incisions sur la peau. Les avantages sont d’ordre esthétique mais aussi pratique, puisqu’il s’agit de limiter les dommages au niveau des muscles et des tendons.

Toutefois, les chirurgiens adeptes de ce genre de technique font face à un obstacle non négligeable, à savoir un manque de précision dans le cadre de certaines manipulations. Une publication parue dans la revue Science Robotics le 13 janvier 2021 détaille un robot de taille très réduite muni d’un laser ayant un diamètre de 5 mm, soit autant qu’une paille. Cette innovation est l’œuvre d’une équipe de l’Institut Wyss de l’Université d’Harvard (États-Unis).

robot chirurgie mini-invasive 2
Crédits : The Harvard Gazette

Des solutions actuelles limitées

Lorsqu’il est question d’une opération chirurgicale de type mini-invasive, les médecins utilisent habituellement des instruments spécifiques afin de pénétrer dans le corps. Il s’agit d’outils dont les extrémités sont très flexibles, jouant donc le rôle d’extension de la main. L’objectif ? Gagner en précision. Évoquons également le fait que les chirurgiens ont parfois besoin de sectionner un tissu ou de stopper un saignement interne. Deux solutions s’offrent donc à eux : l’utilisation d’un laser et le transport d’énergie sous forme de chaleur.

Concernant le laser, il s’agit d’un fonctionnement en ligne droite. Autrement dit, celui-ci peut seulement agir sur les parties du corps se trouvant dans sa ligne de mire. La seconde solution consiste à utiliser un câble (ou des électrodes) pour transporter de l’énergie jusqu’à l’instrument flexible à l’intérieur du corps. Si cette solution permet l’accès à davantage de zones du corps, la précision du chirurgien concernant d’autres gestes s’en trouve malheureusement limitée. Il y a donc ici un risque important d’endommager les tissus.

De premières expériences prometteuses

L’équipe de chercheurs en robotique de l’Institut Wyss a fait le choix de combiner les deux techniques dans le cadre du fonctionnement de leur micro-robot. Il s’agit d’un appareil à guidage laser qu’il est possible de fixer au bout d’un instrument flexible. Les premières expériences ont montré que micro-robot parvient efficacement à cartographier et suivre des chemins peu évidents. Celui-ci se faufile aisément là où le besoin d’effectuer des ablations précises et rapides est se fait sentir.

Les médecins ont toujours le souci d’impacter le moins possible le reste du corps lors d’une intervention. Toutefois, la chirurgie mini-invasive reste quelque chose de très délicat. Le mini-robot des chercheurs étasuniens a donc vocation à aider les professionnels à entrer dans le corps de leurs patients en limitant les risques au maximum. Enfin, évoquons le fait que cette même équipe de l’Institut Wyss est à l’origine d’un autre petit robot de santé : le mini-RCM, ayant pour but d’assister les chirurgiens.