in ,

Des chercheurs découvrent le secret antidouleur des rats-taupes nus

Crédits : Wikipédia

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié des gènes impliqués dans la perception de la douleur chez le rat-taupe nu. Une découverte qui ouvre la voie à de potentiels nouveaux analgésiques pour l’Homme.

Le rat-taupe nu est incroyable. Parce qu’il est immunisé contre toute forme de cancer, d’une part. Mais aussi parce qu’il peut survivre près de 20 minutes sans oxygène. Et s’il en fallait encore pour nous convaincre, une récente étude publiée dans Science suggère aujourd’hui que ces rongeurs ont développé des gènes permettant de les insensibiliser à certaines douleurs intenses. Alors forcément, ça nous intéresse.

Une étude parue en 2008 avait déjà montré que les rats-taupes nus étaient étonnamment insensibles aux douleurs induites par l’acide et la capsaïcine (composant actif du piment). Pour cette nouvelle recherche, Karlien Debus et Ole Eigenbrod, du Centre Max Delbrück de médecine moléculaire en Allemagne, se sont concentrés sur les facteurs moléculaires responsables de cette insensibilité à la douleur.

rat-taupe nu
Un rat-taupe nu. Crédits : Wikipédia

Insensible à la douleur

Les chercheurs ont ici administré trois substances qui provoquent généralement des sensations de brûlure chez l’Homme et d’autres animaux. Ces composés sont généralement rencontrés par le rat-taupe nu : l’acide chlorhydrique dilué (un analogue du venin des fourmis), la capsaïcine (trouvé dans les aliments des rats-taupes) et l’isothiocyanate d’allyle AITC (un irritant présent dans les racines consommées par les rats-taupes). Les chercheurs notent par ailleurs que ces substances n’ont aucune propriété toxique à long terme, et toutes ces expériences ont été approuvées par trois commissions d’éthique.

Dans le cadre de cette étude, de petites quantités de ces substances ont été injectées dans les pattes de plusieurs spécimens de rat-taupe High­veld. Il s’agit d’une sous-espèce retrouvée en Afrique. Certains rongeurs ont alors montré un certain inconfort avec l’acide chlorhydrique pendant quelques minutes. Mais la plupart se comportaient tout à fait normalement. Autrement dit, ils ne ressentaient rien. De même pour la capsaïcine, et contre les effets désagréables de l’AITC.

Un gène mutant identifié

Grâce au séquençage génétique, et à une analyse des tissus du cerveau et de la moelle épinière prélevés sur les spécimens, les chercheurs ont ensuite pu identifier des gènes mutants responsables de cette insensibilité : NALCN. En bloquant ensuite l’activité de ces gènes, les chercheurs ont ré-enclenché la sensibilité des rongeurs à la douleur.

« Cette nouvelle découverte montre le potentiel d’utilisation de médicaments pour moduler l’activité de NALCN dans le traitement de la douleur chez l’Homme, a déclaré Ewan St. John Smith, du Département de pharmacologie l’Université de Cambridge. C’est bien, a-t-il ajouté, car les cliniciens ont besoin de plus d’armes dans leur arsenal pour traiter la douleur chez différentes personnes ».

Source

Articles liés :

Le rat-taupe nu possède un nouveau super-pouvoir

Cette femme a vécu toute sa vie sans ressentir de douleurs

Ce gel « mécanoceutique » pourrait être l’antidouleur de demain