in

Des changements irréversibles concernant les os après une grossesse

os squelette
Crédits : angkhan : iStock

La grossesse engendre des changements physiologiques chez les femmes, dont certains peuvent s’inscrire sur une durée indéterminée. Une récente étude menée aux États-Unis suggère qu’un changement au niveau de la densité osseuse pourrait également se produire.

Une évolution des os s’expliquant par la grossesse

Voir arriver un enfant dans la famille génère un bouleversement psychologique. Toutefois, l’aspect physiologique n’est pas à négliger. Parmi les changements répertoriés au niveau du corps de la femme, nous retrouvons notamment la masse corporelle, la répartition de la prise de poids, l’augmentation du pouls jusqu’à 10 battements par minutes, la pousse des cheveux et des poils ou encore, l’hyper-pigmentation.

Selon une étude parue dans la revue Plos One le 1er novembre 2022, un changement important pourrait être ajouté à la liste, à savoir la densité osseuse. Cette hypothèse est issue de l’observation de sept macaques rhésus décédés naturellement, dont quatre femelles. Les chercheurs disent avoir mis en lumière une évolution des os du fémur qui s’explique par la grossesse et particulièrement par l’accouchement, et ce, de manière exclusive.

Les auteurs de l’étude ont constaté que les deux femelles singes s’étant reproduites présentaient une composition osseuse différente. Il est notamment question d’une plus faible teneur en calcium, en magnésium et en phosphore. Il est également à noter que la diminution de la teneur en magnésium coïncide avec l’allaitement.

femme enceinte chaleur grossesse
Crédits : Pixabay / DigitalMarketingAgency

Un progrès en médecine légale

L’étude ne porte donc pas sur les humains, mais elle peut en revanche permettre de comprendre comment certains événements significatifs dans une vie peuvent laisser une trace indélébile sur le squelette. Désormais, les chercheurs désirent effectuer de plus amples analyses afin de déterminer si les conclusions sont les mêmes dans le cas d’autres animaux, dont les humains.

Comme les femelles primates, les femmes voient leur anatomie évoluer. Durant la grossesse, le corps de la mère est capable d’extraire le calcium de ses os afin de le transférer au fœtus. Ce processus permet d’assurer sa croissance dans le cas où cet élément ne serait pas consommé suffisamment par la mère. La masse, la composition et surtout la densité du squelette de la mère peut donc se réduire sur une période indéterminée. Le phénomène se produit aussi lors de l’allaitement, mais ces effets sont transitoires et se dissipent une fois que la lactation est terminée.

La récente étude représente un certain progrès en médecine légale, mais aussi en archéologie. En effet, déterminer si une femme a été enceinte reposait jusqu’ici sur l’observation de son bassin. Cette technique qui manquait clairement de fiabilité pourrait donc laisser sa place à l’analyse de la composition des os.